Tag Archives: Rwanda

STEP-ping up to share skills and save lives

24 Mar

Emily Loud, Gavi, the Vaccine Alliance

A pneumococcal vaccine is prepared in Kenya. Photo: Gavi/Evelyn Hockstein.

There is a lot to manage to make sure children are vaccinated in Kenya. With hard to reach areas, inadequate transport and high turnover of workers, I used to wonder how we were going to keep everything going.”

In her work as a community nurse, Lucy Wanjiku saw the damage done by preventable diseases, and wanted to do something about it. Now a supply chain manager for Kenya’s immunisation programme, she was one of the first to take part in Strategic Training Executive Programme (STEP), a new learning initiative to train the immunisation leaders that developing countries need. Based on an academic framework of professional competencies for supply chain leaders, the course is hosted at the East African Community Regional Centre of Excellence for Health Supply Chain Management.

Lucy (in the yellow jacket) and her fellow STEP participants. Photo: Gavi/ Moz Siddiqui.

Although the Centre officially launched today, training has already begun. “I really enjoyed this course and the moderators were some of the best I have encountered through my many years in this industry” said Joshua Obel, Operations Director at Kenya Medical Supplies Authority, who participated in an initial session in Kigali last month. “I have been to a lot of trainings during my career…this is the best workshop I have attended and the only one I plan to put into practice.

Joshua at the first workshop in Kigali. Photo: Gavi/ Moz Siddiqui.

STEP’s real innovation is taking approaches to leadership development from logistics giant, UPS, and adapting them to immunisation supply chains.  The adult learning course helps transfer knowledge from private to public sector and has sustainability at its core: in addition to a traditional workshop, course participants are paired up with mentors from the private sector to put their new skills into practice and build a network of contacts to share knowledge.

We presented a very non-traditional training experience”, said UPS’s Kevin Etter, who designed and developed the project. “I was unsure if this style would work, but it did. Participants were very excited to learn in a new way and then to implement those learnings in their areas of responsibility.” For the private sector too, this partnership is win-win. “Developing a relationship with these leaders through the workshop and mentorship program is invaluable to UPS and other private sector organisations who want to grow their awareness in these regions”, he added.

The Joshuas and Lucys of the developing world are essential for keeping immunisation programs running, yet leadership training for them has not traditionally been part of international support for vaccination. But if all goes to plan, countries like Kenya, Tanzania, Rwanda and Uganda will soon be dealing with higher volumes of vaccines, reaching more children than ever before. To meet this potential, immunisation staff will need a range of skills to manage people, projects and partnerships; the ability to better use data for decision making will also be increasingly relevant. These are exactly the areas in which the Centre of Excellence will be equipping the leaders, warehouse managers and logistics workers who make up East Africa’s vaccination supply chain.

A key challenge for supply chain managers is how to get vaccine cold boxes to children in very remote areas, like this one in Tanzania. Photo: Gavi/ Doune Porter.

In the long term, this model of learning could be the solution developing countries need to help their immunisation systems function sustainably and independently. By partnering with private sector organisations who’ve already encountered and overcome many of the same challenges, key immunisation workers can grow their experience and open up channels for future collaboration and innovation.

Overall, the programme represents an opportunity to build a stronger foundation of expertise for the immunisation systems of East Africa, helping secure the future of protecting children from preventable disease. And that’s got to be a STEP in the right direction.

Annunci

Africa’s new Frontier in Agriculture and Innovation

11 Gen

I once exported some avocados to France and they found themselves in Brazzaville. I was shocked when I asked, they had come from France where I had exported” This is a story that is not unique to Dr. Theo de Jager a medium scale farmer and President of PanAfrican Farmers Association (PAFO) based in South Africa it is a narrative that is identified by many farmers who export produce in Africa. Dr. Theo was speaking at the Global Forum of Agriculture and Innovation (GFIA) the first ever held on the African soil in Durban, South Africa.

winnie 2Many farmers find themselves in the same predicament, wanting to supply their produce to fellow African nations but due to lack of infrastructure and what Dr. Theo calls Obstacles they are not able to do so due to “Obstacles that need to get out of the way”.

Africa has the potential was the key message at the GFIA Africa. Africa is the new frontier of agriculture it has the potential to feed itself and the world if it were to unblock regional trade barriers this is according to a World Bank report of 2012. Unfortunately the barriers Africa facing the continent are many almost insurmountable from war to famine, floods to corruption the list is endless.

Michael Hailu the Executive Director of Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation ACP-EU (CTA) noted Innovations are big in Africa adding “Africa has the potential for everyone to be successful

According to the data gathered by Maps of the world showing the arable countries in Africa notes that Mauritius has maximum and Djibouti has the minimum percentage of arable land in Africa. Interesting to note that most of the African countries have below 20% of arable land.

Africa has the potential to feed the world yet the conflicts bedeviling it makes it a near tragedy to say the least on how we should conduct ourselves. Interesting enough was one of the keynote speakers Former Prime Minister of Somalia Abdullahi Farmajo. He noted a country like Somalia which he once led has the potential but Somalia has been without a functioning government for over two decades “Warring has affected farming farmers. Conflict in Somalia has been complicated due to clanism”.

winnie1Rwanda for example is a country that has emerged from conflict and has leaped in strides to reclaim and rebuild itself. The Minister of Agriculture in Rwanda Tony Nsanganira pointed out that the country’s flagship project  and crop intensification began in 2007. If all countries in Africa who have arable land would intensify in such projects I would bet you with my small belongings including my valuable pen and notebook we would never receive food aid from any developed country instead we would give them aid. But this is a mirage that will happen maybe in 30th century.

Director General of South Africa’s Department of Agriculture Bongiwe Njobe pointed out “Soil to stomach approach Government needs to create infrastructure” Though the farmer may face challenges of funding “Capital is shy as a deer, you scare it it runs

Bongiwe adding that “Government needs to drive consumer education on food security to get people to talk on nutrition

Daniel Gad owner of multimillion Omega farms in Ethiopia noting that there’s a big gap in developing capacity of the youth “There’s need to promote agribusiness and there’s need to invest in government process” Gad added.

It’s time for farmers to invest but even as we put our hope on this great continent of Africa wise words from Dr. Theo need to be engraved in the minds of all prospecting investors “There’s no such land without people, you need to marry this people in order to succeed it is their culture and  identity

By Winnie Kamau
Data Journalist,
Media Relations Consultant.
@WinnieKamau254

 

Opportunities for Youth – The African New Deal By Clifford Akwana of Kenya

28 Dic

cliffThe project could involve recruiting, training and employing young people to rebuild and reinforce Africa’s highways, water purification, and sewage treatment systems. as well as expanding into solar and wind energy farms.
This would give the youth a sense of purpose, a way to earn money, and hope for a better Africa.

The youth would be empowered to bring clean water and clean power to their communities.

There was also an old concept of turning swords in to plows turning weapons into tools to make food of turning swords to ploughshares so for young people who have been stolen and forced into being soldiers they can be retrained into being wind and solar farmers or other needed professions in Africa. Since clean water is a vital need for Africa, it would be amazing to train young people on how to manage water systems, build wells and maintain them they said that the biggest problem wasn’t building the wells, it was that there was no one left who knew how to maintain them if they broke, no one could fix them

I will give Micro grants to help young people start profitable businesses and also technical specialists to help them with business skills, advertisement, and distribution of goods. I also think that the simple act of making solar cell phone chargers might go over as a big thing in Africa, so that people who live far from electricity can charge their phones. You need a little solar strip with a soldering gun and some solder and some wires.

I would set up Higher education or mentorship opportunities perhaps some kind of training will guarantee job opportunities in a way that could be sustainable .get the youths involved in conservation. Teach them how to protect their wildlife. Get them involved in maybe working in a game park either as hospitality or rangers. Have them learn to produce their own food. Growing etc. Maybe get a grant from the government to help with the learning skills. Our wildlife is our draw card. People pay to see it. Also the whole world needs to divest from fossil fuels and invest in renewable energy. This is the biggest challenge the human race has ever dealt with. To achieve this we will need a new approach, new skills, new thinking. Today youth have the greatest opportunity of any previous generation and that is the chance to save the human race from its own greed and stupidity.

 

Writer and contact Clifford Akwana

Les medias, la rhétorique du génocide et les prophètes du conflit ethnique au Burundi

3 Dic

Tous ceux qui s’intéressent aux dynamiques socio-politiques des pays d’Afrique centrale connaissent – ou sont supposés connaitre – le rôle néfaste que peuvent jouer certains medias dans les pays en conflit, comme au Rwanda, au Burundi, ou en ex-Yougoslavie, où ils ont nourri la haine et les divisions et ils ont servi d’outil de propagande des groupes antagonistes et d’instrument d’incitation à la violence de masse.

“Les medias de la haine(1)”– voici comment ont été étiquetés ces moyens d’information qui, manipulés par des groupes liés au pouvoir et au service d’intérêt personnels, sont devenus des vecteurs de guerre et ont contribué à l’escalade de crises sanglantes.

«D’une façon générale, on constate aujourd’hui que l’issue des guerres et des conflits dépend plus que jamais de la maîtrise de l’information et de la communication»(2) – estime Renaud de la Brosse.

Les medias sont des instruments puissants qui peuvent être créés, utilisés et manipulés pour orienter l’opinion publique et façonner la perception d’une crise ou d’un conflit. Les radios, en particulier, recouvrent un rôle primaire comme instrument d’information et, par conséquent, comme instrument de manipulation et désinformation, surtout dans des pays où la presse écrite n’est pas encore largement répandue.

«En faisant appel aux “bons vieux procédés” – notamment en réveillant les instincts les plus primaires et en véhiculant des archétypes culturels ou “clichés” – des médias préparent et contribuent parfois au déclenchement de guerres sanglantes : les récents exemples de l’ex-Yougoslavie et du Rwanda, pour ne prendre que les cas les plus extrêmes, sont là pour nous rappeler que les médias peuvent être des vecteurs de guerre et que, bien souvent, la guerre médiatique précède la “vraie guerre”(3)» – ajoute encore de la Brosse.

L’exemple du Burundi
Au Burundi, avant et pendant la guerre de 1993, les medias ont été au cœur de la crise politique. Crées et manipulés par des hommes politiques et des groupes liés au pouvoir, ils ont attisé la haine et la peur, ils ont nourri l’écart entre « nous » et « les autres », incitant ainsi à la violence.

La diffusion d’alarmismes, menaces, prémonitions, adressés à la population et utilisés à des fins politiques ou de visibilité médiatique peut avoir des conséquences plus graves de ce que l’on peut imaginer, et la plume d’un journaliste peut facilement se tacher de sang. Cela ne concerne pas seulement les medias locaux, mais aussi la presse internationale qui souvent, lorsqu’il s’agit de questions « ethniques », subit l’influence de clichés et préjugés ayant du mal à sortir des ornières de l’exotisme. Les journalistes courent le risque d’adopter – consciemment ou inconsciemment – les d’idéologies propagées par des lobbies internationaux, par l’un ou l’autre groupe antagoniste, sympathisant ainsi pour l’un des acteurs en jeu en fonction de la manière dans laquelle les informations sont « sélectionnées ». Et voilà comment un reportage peut forger et modifier la réalité sur le terrain, manipulant ainsi l’information.

L’historien et expert du Burundi Jean-Pierre Chrétien reporte(4) à ce propos un exemple éloquent : au cours des mois de mars et avril 1995 à l’occasion du premier anniversaire du génocide rwandais des journalistes débarquaient au Burundi pour filmer ce qui, pour eux, allait bientôt s’avérer : un « deuxième génocide » après celui du Rwanda. Mais le Burundi n’était pas et il n’est pas le Rwanda, et en 1993 il y a eu une guerre civile et pas un génocide. Néanmoins, une telle attitude a été malsaine dans la mesure où les mots ont un impact sur la réalité, comme le témoigne A. Ould Abdallah(5) qui, durant la première partie de la guerre civile burundaise, était le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies Boutros Ghali au Burundi:

«En disant et en répétant sur toutes les antennes du monde que le Burundi allait “exploser”, qu’il fallait “faire quelque chose”, que le “compte à rebours” avait commencé, que le pays était au “bord du gouffre”, qu’on s’apprêtait à y commettre un “second génocide”, qu’un génocide au “compte-gouttes” était déjà en cours. Toutes ces prises de parole, irresponsables ma crédibilisé par le génocide de 1994 au Rwanda, et surtout par la légitimité du bon humanitaire à laquelle les medias succombent si facilement, ont énormément nui au Burundi en le déstabilisant chaque jour en peu plus (…). En jouant les Cassandres, alors qu’une blouse blanche ne faisait d’eux ni des prophètes ni des analystes politiques avisés, ils ont accrédité l’idée que le pire était certain. Le monde extérieur a renvoyé au Burundi une image haineuse d’eux-mêmes, au risque qu’ils d’y conforment».

De cet extrait nous pouvons en tirer plusieurs réflexions. Tout d’abord, la tendance à comparer le Burundi au Rwanda, deux pays très différents dans leur structure politique et sociale mais qui continuent, à tort, d’être considérés comme des pays « jumeaux ». Ensuite la facilité par laquelle journalistes, bloggeurs, etc., donnent des analyses et des prévisions d’un pays dont ils s’intéressent essentiellement lorsque une crise est en cours, ou un « exotique » massacre ethnique est supposé imminent, et où probablement ils n’ont pas mis les pieds auparavant. Enfin, certains narrateurs, en donnant crédit à la thèse qu’un génocide et/ou un massacre ethnique est sur le point d’avoir lieu, renvoient aux populations intéressées une image néfaste d’elles-mêmes. Dans un contexte proie de l’instabilité, de la peur, de la frustration et de la violence, les évocations et les rappels à des éventuels génocides et massacres inter-ethniques finissent par créer un faux ennemi, un bouc-émissaire, alimentant la méfiance et la suspicion à l’égard de l’ « autre ». Dans un contexte déjà empoisonné, la manipulation de l’information et l’évocation médiatique du même scénario produisent une mise en scène de la narration et contribuent à la création de la réalité, avec le risque que les populations intéressées s’y identifient et s’y conforment.

Les politiciens créent des prototypes afin de garder ou de conquérir le pouvoir, et lorsqu’ils ont le contrôle des moyens d’information, ils les utilisent en tant qu’instruments de lutte. Les medias locaux deviennent ainsi des instruments de violence. Les medias internationaux, de leur côté, peuvent devenir inconsciemment un outil des acteurs en conflit, s’interdisant une analyse lucide et objective. Il arrive parfois qu’ils reprennent la propagande d’une des parties en lutte, participant à la reproduction du conflit et nourrissant l’instrumentalisation politique.

Tous ceux qui écrivent sur des contextes sensibles portent sur leurs épaules le poids d’une grande responsabilité, avec laquelle ils doivent faire les comptes. Il s’avère alors nécessaire de soupeser consciemment les mots:

 Tzeu lou dit : Si le prince de Wei vous attendait pour régler avec vous les affaires publiques, à quoi donneriez-vous votre premier soin ? – A rendre à chaque chose son vrai nom – répondit le Maître. Vraiment ? – répliqua Tzeu lou. Maître, vous vous égarez loin du but. A quoi bon cette rectification des noms ? Le Maître répondit : Que tu es rustre ! Un homme honorable se garde de se prononcer sur ce qu’il ignore(6)» .

Les medias burundais et les medias internationaux
En 1993 les medias burundais étaient très politisés. Comme le dit de la Brosse, ils ont commencé la guerre avant la “vraie guerre”, alimentant le conflit et exacerbant les antagonismes politiques. Le scenario médiatique du Burundi de l’ « après-guerre », par contre, a était très diffèrent, et a vu une prolifération de medias privés jouissants d’une certaine autonomie du pouvoir central. Radios et journaux ont embrassés le pluralisme, défendu le droit à s’exprimer librement, propagé une idéologie pacifiste et contribué largement à la diffusion de valeurs démocratiques.

Aujourd’hui, malgré la fermeture des medias privés à cause de la crise politique en cours, les journalistes résistent, et font recours à d’autres canaux d’informations, comme les réseaux sociaux, devenant ainsi l’emblème d’un Burundi libre et libéré, le rempart de la parole publique, du droit à critiquer, du droit à dénoncer et à s’informer. Le travail des journalistes burundais, hutu et tutsi, a favorisé la réconciliation ethnique, et les medias se sont dressés pour la défense de la citoyenneté contre l’ethnicité, de l’unité des burundais contre les tentatives de divisions et manipulations(7) .

«Les radios ont donc œuvré à développer l’esprit critique et les réflexes citoyens en confrontant la population à des positions diversifiées et parfois contradictoires sur les ondes. Dénonçant les abus, posant des questions audacieuses aux responsables politiques, rompant le silence autour de certains sujets tabous, elles ont remporté la confiance des auditeurs et changé la face de ce pays en renforçant le processus démocratique» – écrit Eva Palmas(8).

Si on déplace le regard sur les medias internationaux en général, et plus particulièrement sur ceux italiens, on constate des dynamiques différentes de celles décrites plus haut et, parfois, contrastés. Certains medias, en fait, sont encore imbibés d’anciens clichés et continuent à confondre et comparer encore trop souvent le Burundi et le Rwanda.

D’un côté, on a l’impression que la majorité des medias internationaux les plus connus qui suivent la crise burundaise gardent une certaine prudence quant à l’usage d’un langage médiatique excessivement ethnicisant, qui peut donner lieu à des grossières généralisations. Des medias comme Jeunes Afrique(9) , RFI(10) , VOA(11) , Libération(12) demeurent prudents quand il s’agit d’employer le mot « génocide » ou de traiter des questions concernant les rivalités ethniques et l’ethnicité. Si on donne un aperçu rapide aux principaux articles parus sur les sites internet de ces medias (voire les liens dans les notes en bas de page) on peut remarquer qu’aucun d’eux ne se fait tenter par des lectures ethnistes de la crise burundaise actuelle. Néanmoins, on peut parfois repérer des rappels à l’ethnicité dans quelques articles qui font référence à un éventuel danger de massacre ethnique à grande échelle(13), ou qui reportent les déclarations de quelques burundais de la diaspora(14), comme celles excessivement alarmistes de David Gakunzi(15) . Heureusement, ce genre de références restent plutôt circonscrites, et elles ont émergées suite aux déclarations « incendiaires » du Président du Senat burundais(16). Mais la crainte du « spectre rwandais » a vite été estompée par des chercheurs et des journalistes européens et burundais (ainsi que par des simples citoyens burundais qui sont très actifs sur les réseaux sociaux) qui se sont opposés à un usage trop superficiel du mot « génocide ».

L’historienne et experte du Burundi, Christine Deslaurier estime que:

«les éléments verbaux font effectivement référence au génocide, mais il n’y a pas de préparation à un tel crime de masse. La rhétorique ethnique ne prend pas auprès de la population. Les Burundais sont méfiants de se voir montés les uns contre les autres en fonction de leur appartenance»(17).

D’après Thierry Vircoulon, chercheur à International Crisis Group, ces discours sont

«révélateurs d’une mentalité passéiste, plus du tout en phase avec ce que pense la population»(18).

Le chercheur burundais, Nicolas Hajayandi estime:

«The spread of such alarmist rhetoric can undermine the chances for a diplomatic resolution to Burundi’s current political problems, and further instigate tension in an already volatile situation. A more careful and nuanced approach is necessary, if we refer to the rhetoric of an incipient genocide (…).International actors declaring the launch of a genocide, when the realities on the ground speak to a low intensity conflict, could become complicit in adding flames to situation that can still be contained. The political maturity of Burundians is evident in their resistance to political manipulation»(19) .

Mais déjà quelque mois avant, en avril 2014, le journaliste burundais Roland Rugero, appelé à ce

«que l’on cesse donc de jouer sur les mots, sur les peurs, en présentant le Burundi comme un pays où une milice hutu est armée par un pouvoir hutu … pour s’en prendre à la minorité tutsi».

Et écrivait:

«Quand on parle de génocide au Burundi (comme partout ailleurs), ce n’est pas un gouvernement qui est humilié, ni un parti, encore moins une ethnie. C’est ce peuple entier, lui qui se prépare par exemple à commémorer pour la 42ème année, un autre génocide. C’est comme si, après tous ces temps, les Burundais n’avaient rien appri ».

Les medias italiens
En Italie, par contre, où la couverture médiatique de la crise burundaise est faible, hormis peu d’analyses(20) la plupart des journaux et sites d’information continuent d’utiliser la rhétorique ethnique comme la principale clé de compréhension des dynamiques politiques du Burundi. Non seulement des titres alarmistes propagent l’idée de l’imminence du génocide(21), d’une planification du génocide(22) (dont on arrive même à dire qu’on est en train d’assister à des « répétitions générales »), là où la majorité des journaux internationaux se limitent à l’usage plus approprié de
« guerre civile », mais certains journalistes arrivent même à déclarer que le génocide serait déjà en marche(23) , que des «bandes armés de paysans hutu circulent déjà à l’intérieur du pays(24)». La comparaison avec le voisin rwandais est à l’ordre du jour(25), alors que plusieurs chercheurs ont toujours mis en garde sur le risque de «confondre le Burundi et le Rwanda(26)». Par ailleurs, l’évocation sans arrêt d’une menace présumé des FDLR(27) (Front de Libération Rwandais) est en train de déboucher sur une véritable «invention médiatique»: le Président Nkurunziza aurait été défenestré et le pouvoir serait dans les mains des FDLR, alors que lui, le pauvre ex-Président nagerait en plein délire sous l’emprise de substances psychoactives et loin de la capitale(28).

Ces déclarations sont le produit d’un esprit plein d’imagination, et prennent de l’ampleur à cause du manque d’une contre-information fiable, vue la faible attention portée sur les pays d’Afrique sub-saharienne par les medias italiens. Le risque est que une telle désinformation circule rapidement, se reproduit, rebondit, nourrissant l’image d’une Afrique en proie de luttes tribales, une image stéréotypée qui continue d’être évoqué par des « analystes » dissociés des réalités africaines. Si faisant les medias au lieu d’avoir un rôle neutre, deviennent acteurs du conflit en cours.

La responsabilité des medias et l’importance d’appeler chaque chose par son nom. 
Le 29 octobre, Reverien Ndikuriyo, Président du Senat avait « exhorté les élus locaux à travailler en synergie avec les forces de sécurité dans leurs quartiers afin de traquer sans répit les insurgés », empruntant un registre lexical très proche du langage des medias rwandais qui avaient incité au génocide des tutsi au Rwanda(29) . Peu après, le 2 novembre, Pierre Nkurunziza, le chef de l’Etat, exhortait les forces de l’ordre «à utiliser tous les moyens disponibles» afin de traquer tout détenteur d’armes, considérés comme «des criminels, passibles de la loi antiterroriste, [qui] seront combattus en tant qu’ennemis du pays»(30) .

Ces déclarations ont rappelé les fantômes des années 1990 et mis en alerte la communauté internationale sur le risque réelle d’une guerre civile. Un risque qui, en réalité, était évident dès le déclenchement des premières manifestations anti-troisième mandat (31) et avant même celles-ci.
Afin de comprendre ce qui se passe au Burundi il faudrait interroger d’un côté le langage utilisé par le pouvoir et la stratégie politique adoptée, de l’autre ce qui se passe réellement entre les forces politiques sur le terrain, où l’extermination d’une ethnie n’est pas la réalité étant donné que les arrestations, les déportations arbitraires, les meurtres concernent tout opposant politique, sans distinctions ethniques. Ceci est d’autant vraie que des personnalités tutsi influentes font partie et supportent le régime de Nkurunziza, et occupent des places importantes. En s’interrogeant sur cette divergence entre mots et actions du régime on pourra mieux comprendre la stratégie politique du Cndd-Fdd et montrer comment tous ceux qui se prêtent à un usage médiatique de l’ethnicité ne font que participer au jeu du régime burundais.

Ces aspects seront analysés plus tard dans un prochain article qui s’occupera plus dans les détails de la crise burundaise.

L’usage inopportun du terme “génocide” peut donc se révéler dangereux, et ceux qui en paient le prix ce sont les milliers de citoyens innocents qui vivent à la merci des déclarations des politiciens, des rumeurs, des (des-)informations qui rebondissent ici et là, avec le risque qu’à la peur d’un régime sanguinaire s’ajoute la méfiance et la paranoïa pour le voisin de maison, le camarade à l’école, le collègue au travail, etc.
Il peut aussi s’avérer que l’idéologie du pouvoir soit rattrapée et réutilisé par l’opposition au service d’objectifs différents. Un cas emblématique est celui de Charles Nditije, président du parti Uprona (aile non reconnue par le pouvoir) qui, suite aux déclarations incendiaires du gouvernement burundais a déclaré publiquement qu’un génocide est en cours au Burundi(32). Il faisait référence aux assassinats des membres de l’opposition, mais il a instrumentalisé un concept sans interroger sa portée.

Le résultat de tout cela est que les gens s’inquiètent et se sentent déroutées. Voici ce que un jeune habitant de l’un des quartiers contestataires de Bujumbura m’a écrit à ce propos:

«avec les Accords d’Arusha et la fin de la guerre civile nous les burundais vivions en symbiose et en parfaite entente. Mais avec cette crise le régime a, dès le début, toujours voulu en faire une question d’ordre ethnique, mais sans succès, en disant que la société civile et les medias sont à la tête des manifestations et que le mouvement anti-troisième mandat est guidé par les tutsi contre le régime hutu. Ce qui fait peur c’est que comme il n’y a plus de medias privés et société civile forte pour tempérer les choses maintenant j’ai peur que ce discours de haine du gouvernement puissent avoir un écho favorable dans les campagnes à cause de l’analphabétisme».

Il y a quelques semaines, un ami qui a récemment quitté le Burundi m’a avoué:

«Maintenant nous avons peur. Le régime fait de plus en plus usage d’un discours ethnique, il est dans la provocation. Je sais que dans la rébellion il y a tout le monde, et que ceux qui meurent sont des tutsi comme des hutu, mais jusqu’à quand les burundais vont résister à ça ? Les blessures de la guerre sont encore là il ne faut pas qu’on se trompe, et la peur a le dessus.

Et il y a peu de temps le journaliste Roland Rugero écrivait sur facebook que

«la rhétorique du génocide en vue nourrit l’ethnicisation du conflit».

Voilà les dynamiques qui s’avèrent au sien d’une société frappé par plusieurs vagues de violence. Voilà pourquoi les medias ont un rôle important et portent une énorme responsabilité.

Avant d’utiliser l’ethnicité comme la clé explicative de toute crise en Afrique sub-saharienne il faut y réfléchir à maintes reprises. La globalisation de l’information a à la fois des effets positifs et négatifs, comme toute chose. Les journalistes ont le devoir d’être prudents, de vérifier et de croiser leurs sources. Les lecteurs sont inondés de toute sorte de données, et se trouvent face à l’exigence de devoir attentivement sélectionner les sources d’informations.

Valeria Alfieri
phd Sorbonne, Paris

______________________________________________________________________________________________________

1 http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_m__dias_de_la_haine-9782707124517.html
http://www.courrierinternational.com/article/2003/12/11/les-medias-de-la-haine-enfin-condamnes

2 http://archiv2.medienhilfe.ch/topics/delabrosse/RSFHaine.pdf

3 Ibidem

4 CHRETIEN, J-P., Burundi, la fracture identitaire. Logiques de violence et certitudes « ethniques », Karthala, Paris, 2002.

5 De 1968 à 1985, il a occupé plusieurs postes au niveau ministériel au sein du gouvernement mauritanien, y compris celui de ministre des affaires étrangères. Il a également été ambassadeur de la Mauritanie en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, auprès de l’Union européenne et aux États-Unis. Entre 1985 et 1993, Ould-Abdallah il a travaillé comme conseiller auprès du Secrétaire général des Nations unies sur les questions liées à l’énergie et sur les questions africaines. De 1993 à 1995, il a travaillé comme Représentant spécial du Secrétaire général Boutros Boutros-Ghali au Burundi. En 2002, après avoir été Directeur exécutif de la Coalition Mondiale pour l’Afrique, un forum intergouvernemental, il est nommé par le Secrétaire général Kofi Annan, Représentant Spécial pour l’Afrique de l’Ouest. Cet extrait, reporté par Jean-Pierre Chrétien (op.cit.), est tiré de son ouvrage La Diplomatie Pyromane : Burundi, Rwanda, Somalie, Bosnie… : Entretiens avec Stephen Smith, Calmann-Levy, Paris, 1997.

6 Extrait des Entretiens, une compilation de discours de Confucio.
7 Lire les travaux de Eva Palmas e Marie-Soleil Frère.
8 PALMAS, E. “Les medias face au traumatisme électorale au Burundi”, in Politique Africaine, vol.1, n.97, 2005
9  http://www.jeuneafrique.com/pays/burundi/
10 http://www.rfi.fr/recherche/?Search%5Bterm%5D=burundi&Search%5Bpage%5D=1&Search%5Bfilters%5D%5B0%5D=TypeArticle%3Bdoctype%3Barticle%3BArticle
11 http://m.voaafrique.com/s?k=burundi&pi=2
12 http://www.liberation.fr/recherche/?q=burundi

13 http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/11/09/burundi-plusieurs-morts-lors-des-operations-de-ratissage-ordonnees-par-le-pouvoir_4805794_3212.html
http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/11/10/31002-20151110ARTFIG00126-le-risque-croissant-d-un-genocide-au-burundi.php
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/11/08/burundi-les-opposants-fuient-la-capitale-sept-personnes-tuees_4805309_3212.html?xtmc=burundi&xtcr=10

14 http://www.liberation.fr/planete/2015/11/04/au-burundi-c-est-un-genocide-qui-a-commence_1411086
15 http://www.opinion-internationale.com/2015/06/17/un-genocide-se-prepare-entretien-avec-david-gakunzi_35509.html
16 http://www.internazionale.it/opinione//2015/11/11/burundi-violenze
17 http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/a-la-une/on-en-parle/2015/11/13/burundi-le-spectre-du-genocide_11661722.html
18 http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/a-la-une/on-en-parle/2015/11/13/burundi-le-spectre-du-genocide_11661722.html

19 http://www.dailymaverick.co.za/article/2015-11-15-op-ed-dealing-with-increasing-insecurity-in-burundi/#.VlizwHYvfIW
20 Voir les réflexions de l’anthropologue Marta Mosca, mettant en évidence la complexité du contexte socio-politique burundais: http://www.qcodemag.it/2015/09/20/la-complessita-sociale-del-burundi/ ; la contribution originale de l’anthropologue Giovanni Gugg: http://frontierenews.it/2015/06/costruire-la-democrazia-in-burundi-una-lezione-anche-per-leuropa/ ; et les articles très équilibrés publiés sur le site Il Post: http://www.ilpost.it/2015/11/12/burundi-ruanda-genocidio/
21 “milizie FDLR e Imbonerakure, coadiuvate da forze di polizia e bassa manovalanza hutu arruolata nelle scorse settimane nelle campagne con fiumi di birra e magnifiche promesse, starebbero preparando in queste ore l’attacco definitivo ad alcuni quartieri della capitale del Burundi Bujumbura (Nyagabiga, Murakura, Cibitoke, Ngagara), alla ricerca selettiva di cittadini burundesi di etnia tutsi” (trad : les milices FDLR et les Imbonerakure, ensemble avec la police et des paysans hutu recrutés dans les campagnes et attirés par des litres de bière et beaucoup de promesses, sont en train de préparer l’attaque définitif à certains quartiers de la capitale du Burundi (Nyagabiga, Murakura, Cibitoke, Ngagara), où ils cherchent de manière sélective tout citoyen d’ethnie tutsi) – Andrea Spinelli Barrile sur Africa-express: http://www.africa-express.info/2015/11/07/burundi-sullorlo-del-baratro-si-rischia-un-nuovo-genocidio-africano/; “Le violenze che nelle ultime settimane stanno attraversando il Burundi potrebbero essere il preludio del ripetersi del peggior misfatto della storia africana recente. Parliamo del genocidio nel vicino Ruanda, che, nel 1994, provocò nell’arco di tre mesi lo sterminio di 800mila tra tutsi e hutu moderati” (trad: Les violences qui frappent le Burundi dernièrement pourraient être le prelude à l’un des pires tragédies de l’histoire africaine contemporaine. C’est-à-dire le génocide rwandais de 1994, qui a donné la mort à plus de 800mille personnes, tutsi et hutu modérés) – Marco Cochi su http://www.eastonline.eu/it/opinioni/sub-saharan-monitor/sulla-crisi-in-burundi-si-allunga-lo-spettro-del-genocidio

22 “La necessità di mantenere il potere viene identificata ormai chiaramente nella necessità di eliminare tutti i tutsi, considerati -a torto- l’unica fonte di resistenza popolare. Anche se più rozza e meno organizzata di quella ruandese la preparazione della ‘Soluzione Finale‘ non è stata improvvisata. Durante i primi due mandati come Presidente, Nkurunziza ha segretamente pianificato l’orribile evento” (trad: la nécessité de garder le pouvoir s’identifie avec celle d’éliminer tous les tutsi considérés, à tort, comme les seuls opposants au pouvoir. Bien que moins organisée de celle rwandaise la « solution finale » n’a pas été improvisée. Pendant ses deux mandats le Président Nkurunziza a secrètement planifié ce terrible événement) – da Fulvio Beltrami su L’Indro: http://www.lindro.it/burundi-kora-kora-prove-generali-del-genocidio/

23 “Da ieri sera è scattato il piano di genocidio in alcune zone del Burundi, nella fattispecie nella capitale, mentre non sono certe le informazioni relative a massacri che vi sarebbero state nel resto del Paese. Gli ordini sono chiari: sterminare tutti i tutsi e gli oppositori hutu assieme alle loro famiglie” (Trad: Depuis hier soir a commencé le plan de génocide dans certains zones du Burundi, en particulier dans la capitale. Les informations sur les massacres à l’intérieur du pays, par contre, ne sont pas encore vérifiables. Les ordres sont clairs : exterminer tous les tutsi et les opposants hutu avec leurs familles) – Fulvio Beltrami sur L’Indro: http://www.lindro.it/burundi-iniziato-il-genocidio/
24 Fulvio Beltrami su L’indro: http://www.lindro.it/burundi-kora-kora-prove-generali-del-genocidio/6/

25 Déjà au début de la crise, au mois de mai 2015, une journaliste italienne comparait la situation du Burundi au génocide rwandais: “Burundi violence has worrying similarities to 1994 Rwanda genocide”, Ludovica Iaccino su ibtimes: http://www.ibtimes.co.uk/focus-burundi-violence-has-worrying-similarities-1994-rwanda-genocide-1501318.
26  http://www.jeuneafrique.com/277672/politique/jean-pierre-chretien-ne-pas-tomber-dans-le-piege-dun-amalgame-entre-burundi-et-rwanda/ 27 http://www.lindro.it/chi-comanda-in-burundi/
28 www.lindro.it/burundi-nkurunziza-controlla-ancora-il-paese/#sthash.UFNG7aSE.dpuf 28
http://www.jeuneafrique.com/277636/politique/burundi-appels-a-la-haine-et-ultimatum-a-hauts-risques/
29 http://www.jeuneafrique.com/277636/politique/burundi-appels-a-la-haine-et-ultimatum-a-hauts-risques/
30 http://www.jeuneafrique.com/277636/politique/burundi-appels-a-la-haine-et-ultimatum-a-hauts-risques/
31 http://frontierenews.it/2015/05/il-burundi-tra-speranze-democratiche-e-il-rischio-di-una-nuova-guerra-civile/ https://africanvoicess.wordpress.com/2015/05/11/violenza-e-democrazia-il-paradosso-dellemancipazione-socio-politica-dei-giovani-burundesi/
32 Charles Nditije: « La priorité, c’est que la communauté internationale se mobilise pour envoyer rapidement des forces pour [stopper] ce génocide qui est en cours »,
http://www.rfi.fr/afrique/20151116-burundi-pouvoir-opposition-division-declaration-obama-nditije-nyamitwe?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=FB&ns_mchannel=social&ns_linkname=editorial&aef_campaign_ref=partage_aef&aef_campaign_date=2015-11-16

 

Tutsi? Hutu? Genocídio? Massacres? …. simplesmente vida humana no Burundi.

15 Nov

Nos últimos dias, que publicou um artigo sobre o Burundi queixa por escrito pelo jornalista independente Fulvio Beltrami que trabalha e vive em Uganda, e seguir de perto os acontecimentos no país desde que o presidente ilegítimo / ditador decidiu obter o terceiro mandato presidencial sem ter a credenciais constitucionais. Desde então, Burundi têm seguido vários acontecimentos dramáticos devido à repressão da oposição de Nkurunziza, causando cerca de 3.000 mortes até à data e vários assassinatos de líderes da oposição.

Este artigo escrito por Beltrami e publicado exclusivamente por vozes africanas, escrito em francês, tem como objetivo lógico de destacar os males de Pierre Nkurunziza e sua enturange incluindo o chefe do Senado Ndikuriyo Reverien que há poucos dias realizou uma discurso agressivo usando termos extermínio já utilizado por outros personagens como ele antes que ele começou o genocídio em Ruanda em 1994, convidando claramente milícias que esperar o momento certo para … ‘IR TRABALHAR‘!

Agora, independentemente do que este artigo tenha encontrado aprovação de vários milhares de leitores em todo o mundo e muito poucos contra, parece que entre aqueles contra a escolha de Beltrami e alguns meios de comunicação internacionais e notícias de nome genocídio a estes actos violentos agendadas ou indicar a sua etnia em vez de outro, causam indignação, raiva e acusações de não escrever a verdade.

Pessoalmente, o que me irrita em vez e eu estou muito feliz de ficar é a baixa sensibilidade para que estes actos violentos, o terrível assassinato de vida humana em qualquer idade, e não apenas adultos, mesmo os menores.

Eu não me importo absolutamente nada se eles são Hutu, Tutsi, é um fato político, se suspensa a partir de algum ódio ancestral. Estes são atos de killeraggio e é tudo por causa de um homem, ser um inútil chamado Pierre Nkurunziza e para o seu ego, sua sede de poder e intrigas que vai enriquecer cada vez mais, um país como o Burundi que tinham encontrado paz após anos de guerra sombria, é novamente para o abismo e ódio entre os homens.

A esperança (compartimento I) é que partes de especialistas em políticas burindese improvisados e outros que você é realmente vai se reunir sob o mesmo teto na luta contra este regime ilegítimo e Pierre Nkurunziza e Ndikuriyo Reverien em breve poderá ser depositado e processado na África por crimes contra a humanidade.

escrito por Editores
African Voices

tradução  Joab Oliveira Oliveira

Burundi. Un courrier confidentiel inopportune .

11 Nov

Le petit pays d’Afrique Centrale, au cours de la guerre de libération initiée depuis Avril dernier, propose de surprises et de rebondissements constants. Depuis des mois, plusieurs journalistes indépendants étrangers et l’opposition civile burundaise ont dénoncé la présence au Burundi du groupe terroriste rwandais: Forces Démocratiques de Libération du Rwanda, connue sous l’acronyme FDLR. Ils sont le même personnes qui ont mené le génocide rwandais au Rwanda en 1994, tuant un million de personnes. Pierre Nkurunziza, après leur avoir demandé de former militairement la jeunesse du CNDD-FDD (Imbonerakure) a leur demandé services afin d’imposer la troisième mandat présidentiel en prévision d’une forte résistance populaire. Avec l’évolution de la crise dans ces huit mois, les FDLR ont progressivement augmenté leur puissance et maintenant ressemble qu’ils contrôlent Nkurunziza et le CNDD. Ils sont considérés comme le principal facteur pour maintenir le régime au pouvoir et les principaux acteurs empêchant tout accord de paix.

Jusqu’à présent, le régime du Burundi a nié tous accordes avec le FDRL comme aussi leur présence en Burundi. Dans un twitter daté 19 Juillet 2015, le haut commandement militaire des FDLR de base à Goma, au Congo, déclarée fausse tous les bruits de la présence de ses troupes au Burundi déclarant au contraire la présence de l’armée rwandaise dans la forêt Nywngue, Burundi. Les journalistes et les militants de la société civile burundaise qui ont dénoncé la présence des FDLR ont accusés de propagande Tutsis ou d’être à la solde du président rwandais Paul Kagame. Deux jours a été diffusé une lettre très sensible. Il s’agit d’une requête de paiement fait à Pierre Nkurunziza par le FDLR pour les services rendus pour les mois de Septembre et Octobre 2015. La lettre est signée par le colonel Kabuyoya.

Après les vérifications nécessaires avec les rédactions des journaux d’information africains, Africa Voices a décidé de publier la lettre compromettante. Une lettre du contenu explosif.

bur

Le Colonel Kabuyoya exige explicitement le paiement des services rendus pour les mois de Septembre et Octobre 2015, il se plaignit au pasteur Nkurunziza de retards graves que se sont produits sur la mise en œuvre de l’objet des accords signés en Novembre 2014. “Il a été prévue que notre travail d’éliminer les obstacles au troisième mandat devrait se réaliser en Mai et Octobre 2015.” Il souligne Kabuyoya que parles clairement des difficultés pour accomplir la mission, se plaignant que «rien ne fonctionne» et mette Nkurunziza en garde contre les dangers présents dans l’absence d’un travail accéléré: “Plus tardon à agir plus nous sommes exposés à des fuites des renseignements et plus notre ennemi du nord envisage de renter au Burundi a notre poursuite comme il l’a fait au Congo. Et cela ne serait pas de nature à vous épargner“, prévient-il Kabuyoya.

En plus du paiement réclamé Kabuyoya propose un “renouvellement du contrat” jusqu’à la fin de Décembre, avertissant Nkurunziza que un administrateur de confiance ira à recouvrer la créance financier chez le gouvernement burundais. La lettre est signée par le dirigeant militaire terroriste. Un vrai problème pour le régime, sous la condamnation internationale, tentent de nier l’effet de la solution finale et le génocide échoué le 06 et 7 Novembre 2015. Les masses paysannes Hutu sur lequel FDLR CNDD ont comptés, auraient refusé de commettre un génocide contre la minorité Tutsi et les opposants hutus. Le gouvernement n’a pas encore réagi officiellement à la diffusion ce cette lettre. Il a agi indirectement à travers son réseau international des propagandistes sur Internet parmi lesquels des Burundais avec un permis de séjour valable en Italie. La lettre est définie par cette armée de militants comme un «chantage» un document inventé, faux, destiné à accroître le climat défavorable contre le Burundi et salir la réputation du gouvernement.

La lettre contient des informations qui ont toujours été la base de soutien des fausses accusations de l’opposition. Au Burundi, il n’y a pas de terroristes dans tous les pays. Le problème est créé par l’opposition interne qui conteste avec des armes un président légitime et un gouvernement légitime issu de l’élection résulte transparent et représentatif. Pensez-vous que le colonel Kabuyoya aborderait Président Nkurunziza avec une lettre signée demandant des prestations d’indemnisation si il était vraiment au Burundi? Il serait fou utilisant un test que risqué de etre objet des calunnies à la place d’envoyer envoyant un émissaire pour parler sans témoins verbalement au Président Nkurunziza. La lettre est un canular inventé par l’opposition pour rendre crédible ses calomnies.” Note un militant du CNDD résidant en Italie protégés par l’anonymat pour sa sécurité personnelle.

D’opinion contraire sont certains experts militaires ougandais qui se sont demandé si la lettre est authentique ou non. “D’un point de vue logique, personne ne serait fou d’écrire une lettre officielle avec cette attention internationale sur le Burundi et avec le risque que quelque infiltré par l’opposition au Rwanda peut intercepter la lettre. Pourtant, il est pas la première fois que les FDLR font des erreurs similaires. Ces génocidaires ont toujours eu une faiblesse pour les actes bureaucratiques par leur considéré la légitimité d’un appareil politique évincé par la force Tutsi de la diaspora ougandaise. Dans alors le Zaïre les forces génocidaires, qui plus tard a fondé les FDLR, ont adressé plusieurs correspondances au gouvernement du Zaïre et aux Nations Unies en utilisant l’en-tête du gouvernement de Habyarimana défait par les rebelles du FPR. Lettres signées par les leaders du FDLR. Ce group terroriste a continué cette tradition. Il ne considéré pas comme une organisation terroriste, mais le seul gouvernement légitime du Rwanda contraint à l’exil pendant vingt et un ans “, a déclaré un expert de l’armée ougandaise qui est enclin à dire que la signature est identique à d’autres documents officiels délivrés par le Colonel Kabuyoya.

Mais qui est le colonel Kabuyoya? Son vrai nom est Anaclet Hitimana ancien officier de la gendarmerie du régime Habyarimana. Né vers 1965 dans la colline de Nyabitekeri, district de Gaunzo, préfecture du Gyangugu Rwanda, le nom de Hitimana vient à l’attention de l’opinion publique internationale à la suite des enquêtes menées par le Tribunal Spécial pour le Rwanda. Hitimana a été reconnu coupable d’avoir organisé, en étroite collaboration avec le sous-préfet Damien Biniga, les milices de la mort dans la préfecture de Munin. Le 14 Avril 1994, ce gendarme inconnue organise et dirige le massacre à la paroisse catholique de Kibeho, où mille Tutsis ont été tués. Le 7 mai 1994 tue personnellement 80 étudiants tutsis à l’Institut catholique Marie de la Grace. Cet massacre sera retenu par Hitimana le “moment le plus excitant de ma vie.” Hitimana à continue à massacrer les Tutsis jusqu’à son fuite avec le reste des forces génocidaires. Il a traversé la frontière du Zaïre (Bukavu) le 28 Juin de 1994.

Pendant le génocide Hitimana avait révélé particulièrement aptes à débusquer les Tutsis et de les regrouper dans des lieux publics et ensuite les massacrer tranquillement. Il a également été considéré comme l’un des gendarmes les plus appropriés pour créer la collaboration avec les prêtres catholiques pour le “travail en cours“. Hitimana a toujours refusé de massacre des Hutus modérés. Seulement des Tutsis. Au Zaïre a été promu au grade de colonel et a joué en tant que commandant adjoint des brigades de réserve au Nord-Kivu, dans la zone de Bulongi. Entre autres activités, il était responsable des relations avec les agences humanitaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’aide humanitaire fournis directement aux génocidaires à la place des refugies. Il a pris la fuite d’abord au Congo Brazzaville et après en République Centrafricaine quand les armées rwandaises et ougandaises ont envahi le Zaïre en 1996. Il retourne au Congo en 1998 pour se battre à nouveau dans le FDLR récupérant le gré du commandant adjoint de la brigade de réserve du Nord-Kivu. Il possède un passeport congolais sous le nom de Gasarasi Odilo né le 14 Septembre 1968, à Walungu, Bukavu. Il Possède deux maisons à Goma, l’un loué par un prête-nom congolais à une multinationale étrangère qui a des activités de l’exploitation minière dans le Nord Kivu.

En Janvier 2009, les autorités rwandaises lui ont donné pour mort au cours des combats qui ont eu lieu entre les FDLR et l’armée rwandaise dans la ville de Kibuwa à Masisi. Une erreur manifeste d’identité. Kabuyoya conduit certaines opérations militaires contre la rébellion Banyamuranda M23 en Octobre 2012. Que Kabuyoya est vivant est confirmée par la Commission Nationale Rwandaise de Lutte contre le Génocide (CNLG) Selon les informations reçues Hitimana alias Kabuyoya a été déployée au Burundi au début de jeune2015 d’abord avec la tâche de coordonner les troupes des FDLR à Ngozi et maintenant dans la défense de la capitale Bujumbura. Selon certaines sources, , il a géré la défense de la capitale en battant la force de la libération dans la bataille de la nuit du 06 et Novembre 7 sur les collines de Bujumbura Rural.

La demande de paiement signée par Kabuyoya contient un autre élément intéressant actuellement sous surveillance des autorités rwandaises. Hitimana dit que les accords avec l’ancien Président du Burundi prévoient la possibilité pour les FDLR de infiltrer parmi les réfugiés burundais au Rwanda un grand nombre de terroristes mélangés. Certains observateurs régionaux affirment que cette opération a été facilitée par le Gouvernement du Burundi qui a fourni aux terroristes de fausses identités et faux certificats de naissance pour tromper les autorités des agences d’immigration et le force armée du Rwanda. Le but est de recréer les cellules terroristes dans le pays et de préparer la population hutu à se soulever contre le régime de Kigali lorsque FDLR ailleront à envahir le “pays du nord” comme le colonel Hitimana défini le Rwanda dans sa lettre.

Le document explosif a été rendu disponible grâce à une trahison au sein du FDLR. Collaborateurs du colonel Kabuyoya auraient photographié la lettre avec un smart phone avant de l’envoyer par email à plusieurs destinataires sélectionnés, y compris des diplomates occidentaux. Nous ne pouvons pas garantir l’authenticité de cette version de comme une copie de la lettre authentique est devenue domaine public. Nous prenons seulement note que depuis Septembre dernier on assiste à une série des désertions des haut rang du FDLR. Parmi les plus célèbres du colonel Gerard Ntibibaza, directeur administratif du FDLR à Goma qui a été remis aux autorités rwandaises le Septembre dernier, offrant une montagne des documents très compromettants pour l’ancien président Nkurunziza et le gouvernement de Kinshasa.

Ces documents sont tenus secrets par le gouvernement national et les services de sécurité rwandais qui refusent de fournir des informations à cet égard. La lettre écrite par Kabuyoya est maintenant un signe flagrant de l’existence de forces génocidaires au Burundi et les plans de la solution finale imaginée par le Gouvernement du Burundi. La lettre utilise une symbiose avec la terminologie utilisé dans les derniers discours génocidaires délivrés par les dirigeants du CNDD-FDD comme par exemple le terme Kora (travail). La date proposée pour le “renouvellement du contrat” : Décembre ici 2015 coïncidé avec la fin du “travail” indiquée aux chefs de district par le président du Sénat au cours de la réunion du 30 Octobre …

La folie du régime est en augmentation et les FDLR sont de plus en plus dangereux tout considérant que ils sont la seule force armée qui domine au Burundi. Le 09 Novembre les FDLR ont tué un responsable local de l’Organisation des Nations Unies hier, le 11 Novembre, des policiers ont tiré sur la voiture de l’Ambassadeur allemand qui a été sauvé par un miracle alors qu’il circulait sur une voiture blindée. Selon nos sources maintenant le 80% de la police n’est plus burundaise, mais des terroristes rwandais qui portent des uniformes de police offert par le gouvernement. Beaucoup de policiers ont fait défection. Le gouvernement nie et continue ad affirmer que dans le Burundi existe calme et la paix. Rumeurs de la brousse indiquent que une grosse et terrible surprise au Nkurunziza et le FDLR est très proche d’éclater. Un surprise toute burundaise, ou presque…

© TOUS DROITS RESERVES

Écrit par Fulvio Beltrami
Ouganda, Kampala
@Fulviobeltrami

 

 

 

Discours du Président du Sénat du Burundi, Révérien Ndikuriyo: ‘On va travailler’. Invitation au génocide

7 Nov

Révérien Ndikuriyo, le président du Sénat burundais, a invité des responsables de quartiers de Bujumbura à se tenir prêts à « travailler ». Un terme qui rappelle les heures sombres du Rwanda en 1994 où « travailler » était un code utilisé pour signifier « éliminer ». Dans un discours tenu en kirundi, langue nationale au Burundi, Révérien Ndikuriyo a tenu des propos incendiaires, utilisant des termes faisant référence au génocide des tutsi au Rwanda en 1994 pour évoquer la répression vis-à-vis des manifestants anti-troisième mandat qualifiés ici de « criminels » là de « terroristes ».

Révérien Ndikuriyo est l’ancien homme fort du football burundais, membre influent du Cndd-Fdd (parti au pouvoir) et depuis le 14 août, il est le président du Sénat. Ce n’est donc pas n’importe qui qui a tenu ces propos et ceux-ci ne doivent donc pas passer inaperçu.

La traduction en français de ce discours est désormais disponible sur le web. En parlant des contestataires de différents quartiers de Bujumbura, Révérien Ndikuriyo déclare « on va tout régler ici-même, dans les maisons, et vous me montrerez comment ils sont plus aguerris au combat que les Al-Shabab« . Le président du Sénat burundais compare Bujumbura à Mogadiscio, la capitale somalienne, estimant que dans cette dernière, il est désormais possible de marcher librement.

Notre Afrik

 

Je vous ai dit qu’il n’existe pas d’Île au Burundi; tu ne peux pas dire « je me cache derrière la fenêtre et les policiers passent et puis je leur lance une grenade » Pensez-vous que quand ils prennent notes  et des images ils ne voient pas comment ces gens procèdent? Ne voyez-vous pas que même cette maman a bien suivi comment ils font? Croyez-vous que cela n’est pas bien enregistré quelque part?

Je vous l’ai bien dit, vous êtes les chefs des Quartiers, allez leur donner le message car vous vous connaissez avec eux,  si vous ne connaissez pas les personnes que vous dirigez, vous êtes de bons à rien! Allez les avertir, pour que demain il n’y ait  pas de regret. Je vous le dit clairement et sincèrement. Vous êtes les chefs des Quartiers, intimez l’ordre à vos subalternes chez des Groupes de 10 ménages, s’il s’agit des fusils, rassemblez-les/ collectez-les; s’il s’agit des grenades, rassemblez/collectez-les aussi à condition que demain personne ne vienne à regretter. Je ne sais pas si vous me saisissez bien! Hein!! Allez à Mogadiscio d’abord, et vous saurez ce que c’est que l’Armée Nationale. A moins que soyez plus fort que les Al-Shabab, mais je ne pense pas qu’il y ait des gens ici qui soient plus forts que les Al-Shabab dans cette ville (ndlr de Bujumbura)! Allez leur dire, ignorez-vous la situation qui prévalait à Mogadiscio? Oui, Mogadiscio en Somalie! Actuellement les véhicules circulent dans toute la vielle de Mogadiscio, l’aéroport est fonctionnel et le trafic aérien y est normal et régulier; moi-même je compte m’y rendre dans les prochains jours…Et alors, ces nouvelles que l’on me rapporte qu’ils sont plus forts que les Al-Shabab c’est quoi?

Allez les avertir, vous êtes les Chefs des Quartiers et vous avez des Subalternes, les Chefs des Groupes de 10 ménages et il n’y a pas de résidents qu’ils ne connaissent pas! C’est ce que je vous ai dit; vous devrez rester ici à Bujumbura, vous n’irez pas dans la brousse, aller dans la brousse n’est pas chose facile ni un simple jeu, si vous tentez, nous n’allons pas vous ménager; la brousse est déjà réservée pour autre chose; vous devrez rester dans les maisons. S’il y a des peureux, qu’ils quittent la ville pour la campagne, mais on va tout régler ici-même, dans les maisons, et vous me montrerez comment ils sont plus aguerris au combat que les Al-Shabab.

Concertez-vous! Vous devez tenir, la peur et les pleurs n’ont pas de place! On ne se fait pas de sentiments ni d’émotions quand il est temps de passer à l’action! Et je vous l’ai dit clairement. Je l’ai dit même au petit peuple, et il m’aime, les citoyens ne me font jusqu’ici aucun reproche! Si vous entendez le signal avec une consigne que ça doit se terminer, les émotions et les pleurs n’auront plus de place! Que personne ne crie/ne pleure! C’est comme ça, vous êtes les Chefs des Quartiers, allez parler aux résidents de vos quartiers, si quelqu’un dit « j’accepte de mourir », alors vous direz à ceux qui viendront exécuter la mission : « sur cette partie, il faut pulvériser » (ndlr càd exterminer », ceux-ci sont bien à mourir! Je vous donne l’ordre, allez! Vous êtes les Chefs de Quartiers, et vous avez sous vos ordres les Chefs des Groupes de 10 ménages. Allez donner ce message de manière claire! Oui, on se balade maintenant à pied à Mogadiscio, tout le monde circule librement à pied à Mogadiscio, même à la place, les gens vont s’y détendre et nager. Allez alors vous concerter. Et je vous donne l’ordre pour la nième fois. Vous travaillez avec les Chefs de Colline, vous êtes les Chefs de Quartiers, vous collaborez avec les Chefs des Groupes de dix ménages, il n’y a aucun ménage où vous ne pouvez pas faire parvenir ce message.

J’ai dit quelque chose en passant que c’est même possible d’avoir des opportunités de décrocher encore des parcelles. Oui, c’est possible de décrocher quelques parcelles. Je ne sais pas si vous saisissez bien ce que je veux dire! Si vous voulez vraiment avoir des parcelles, (ndlr « travaillez » et) vous en aurez! Allez transmettre le message, et ne dites plus «  s’ils tirent encore », qu’est-ce que tu vas changer s’ils tirent? Je sais comment la guérilla fonctionne car j’ai fait partie d’une guérilla. Dans une guérilla, si les conditions ne sont pas remplies, on te prend en otage ou tu deviens prisonnier. Qu’ils sortent des maisons et nous allons nous mesurer avec eux sur les hauteurs, sur les montagnes et dans la brousse.

Rendez-vous à Cibitoke, à Bukinanyana, je m’y suis rendu deux jours après (ndlr les attaques dites de groupes rebelles), on les tirait même sous les grottes même si tu te cachais comme un poisson se cache en voyant le filet du pêcheur. Je ne sais pas, je ne sais pas…mais vous êtes les chefs….J’avais prévu de me rendre à Kayanza et à Gitega, mais j’ai changé d’avis pour commencer par la Mairie. Et vous serez tenus pour responsables! Vous avez étés élus, les gens ont confiance en vous, dites-leur la vérité! Ne jouez plus le jeu «  ça ne fait rien, on a lancé une grenade sur un policier » et vous vous mettez à chanter (à célébrer). Et le message que je vous donne est clair. Partez avec ce message et transmettez-le!

Il y a des gens qui induisent les autres en erreur en leur disant, «  allez-y, tout est bien, il n’y a aucun problème, nous allons vous rejoindre »et d’un coup vous voyez 100 personnes tuées en un laps de temps, à Cibitoke, plus d’une centaine ont été tué dans un laps de temps. Dans deux jours seulement, plus de 100 personnes à terre! 70 fusils saisis! Voilà.

Mutakura et Cibitoke occupent quelle superficie? Ils ont combien de mètres de longueur pour que vous disiez du n’importe quoi? Quelqu’un vient parmi vous, s’installe et se fait un intouchable avec des fusils et des grenades! Un policier passe, et une grenade lui est lancée!

Allez vous concertez et transmettez ce message. Dans ce pays, les gens peuvent vivre à l’aise s’ils acceptent d’être courtois et respectueux. Quelle est la longueur du Quartier Cibitoke? Combien de mètres séparent la 1ère et la dernière avenue? Allez mesurer! Ne vous comportez pas comme les enfants de la ville! NON! Ne vous comportez pas comme des citadins. Allez mesurer le nombre de mètres (la longueur) entre les différentes Avenue du Quartier Cibitoke! Le Quartier Mutakura a combien d’Avenues? Je vous le dit sincèrement, allez-les les avertir pour qu’ils ne viennent pas à dire « si j’avais su », alors que vous avez ce message à leur transmettre.

Je vous ai bien dit que nous connaissons Mogadiscio, les militaires sautaient directement des avions au champ de bataille, sauter de l’avion et avancer en tirailleur immédiatement une fois au sol en tirant pour s’aménager un espace où s’installer. Et voilà, aujourd’hui Mogadiscio est sécurisé! Que personne ne se trompe donc, en se croyant spécialiste. Ne vous trompez-pas que vous êtes des spécialistes. Je ne sais pas…mais gare à vous!

Parachuter n’est pas un problème. Même si vous alliez dans la forêt de la Kibira, les parachutistes s’y rendront de la même manière (ndlr qu’à Mogadiscio) et seul un de vous survivrait dans la Kibira et c’est celui qui viendra donner rapport. Même dans les maisons (ndlr dans les Quartiers) ce sera pareil. Vous êtes les Chefs des Quartiers et vous venez de recevoir un message clair. Dites à tous les Chefs des Groupes de 10 ménages, que personne ne soit oublié dans la transmission du message. Ne croyez pas que nous ne le savons pas quand vous continuez à garder des fusils et des grenades chez vous dans vos maisons.

Ne vous cachez pas quand le moment d’opérer viendra. S’il est décidé qu’une opération sérieuse doit se faire dans un lieu donné, après avoir été minutieusement préparée, elle devra être parfaitement réalisée. Chez nous à Makamba, personne ne viendra nous perturber, personne n’ira à Muyinga, personne n’ira à Kirundo. Non! Le tout se résoudra là-bas même. Il y a une chose que vous ne comprenez pas peut-être, quand il dit (ndlr le Président Nkurunziza avec sa maxime « Qui allumera le feu, celui-ci le consumera chez-lui même!) que pour quiconque tentera, le tout sera maîtrisé là-même, c’est pour dire que vous brûlez des pneus, c’est vous-même qui allez aspirer les fumées suffocantes, si vous vous mettez à tirer des balles, le tout se terminera chez-vous. Si vous semez du trouble dans les Quartiers, c’est dans vos Quartiers que tout sera anéanti! Moi je suis un Représentant du Peuple mais je sais que ceux-là qui ont gardé silence le jour où l’autorisation pour passer à l’action serait donnée et que la retenue actuelle venait à prendre fin, où irez-vous le jour où cette autorisation pour passer à l’action serait donnée? Si on venait à dire, désormais, passer à l’action et précéder à l’opération! S’il advenait que ce soit à vous que l’on intime l’ordre de passer à l’action, alors que vous continuez à vous flotter et à côtoyer ces « gens-là », dites-mois comment vous pourriez le faire!

Avez-vous jusqu’à présent appris qu’un ordre aurait été donné pour passer à l’action » L’avez-vous appris? Attendez! Un jour le message de passer à l’action sera donné et vous verrez la différence!

Les Commissaires se cachent actuellement pour se mettre à l’abri des grenades, mais vous allez voir la différence le jour où ils recevront le message pour passer à l’action.

Vous êtes les Chefs de Quartiers, et pour les Chefs des Groupes de 10 ménages, aucun manage ne doit être oublié!

Quand vous voyez les policiers aujourd’hui, même quand ils tirent sur des gens, ils prennent la précaution de tirer notamment sur les jambes pour que les victimes ne meurent pas (dans le meilleur des cas) mais le jour où ils recevront l’ordre de passer véritablement à l’action au nom du pays et pour la sécurité des Quartiers, ils vont opérer sérieusement! Ce ne sera pas comme maintenant où on essaie d’être indulgent notamment en tirant sur les bras pour que …..huuuummm….quand ils reçoivent l’ordre de travailler sérieusement, ils y mettent du paquet.

On ne leur pas encore ordonné de passer à l’action. Actuellement, on est encore léger, on fait des simples patrouilles, d’amadouer! Et il arrive que des fois, subitement, des policiers sont surpris et arrêtés et assassinés. Hein!!!! Le jour où vous entendrez que l’autorisation est donnée pour que les gens passent à l’action, vous me direz! Allez alors les avertir. Ceci est un message clair.

Avez-vous déjà entendu que l’autorisation est donnée aux militaires et aux policiers pour qu’ils passent à l’action? En ce moment, on est encore à l’étape des messages tels que « si tu détiens un fusil remets-le et tu ne seras pas poursuivi»! Le jour où on va donner l’autorisation, on travaillera comme en Somalie.

Si vous êtes tenu en otage par ces gens, dites-le et décrivez comment ils sont! Les spécialistes vous diront comment procéder pour se faire libérer. Mais si vous continuez à vous comporter en complice en les cachant soul les lits dans vos maisons, si on les trouve sous vos lits et vous-mêmes sur les lits, même de vous on fera pyu…(ndlr on va vous tuer comme eux et vous partagerez le même sort).

Moi, on a tiré neuf fois au maquis, je sais comment sont les balles. En tout cas, je ne sais pas…..continuez comme vous voulez. J’ai l’impression que beaucoup trouve ce qui se passe comme un jeu, en entant les explosions de grenade, les tirs de mitrailleuses…et on pense qu’avec la police on n’a pas à craindre…Mais je vous le dis, le jour où ils recevront l’ordre de passer à l’action, gare à vous! Je sais que même les policiers ne sont pas contents, ils s’interrogent sur les raisons qui font qu’on leur refuse de travailler et de passer à l’action, oui, ils sont mécontents à cause de ça. Ils disent « qu’on nous laisse faire le travail tel que nous l’avons appris, nous sommes lassés de nous faire lancer des grenades par derrière »! Et quand ils passent quelque part pendant la nuit, on leur lance des grenades. Maintenant ils demandent qu’on leur donne l’autorisation de pratiquer ce qu’ils ont appris et ces histoires prendront fin.

Dans les Missions de maintien de la paix, on refusait aux forces de maintien de la paix de tirer, mais par après, on leur a donné l’ordre de tirer. Au départ, on se faisait tirer dessus et on perdait des hommes, mais par après, on leur a dit « passer à l’action » et c’était fini en zéro secondes. Il suffit de donner l’autorisation de passer au travail assigné, le feu attire le feu et nous continuons.

Chez nous dans les savanes du Kumoso (ndlr Sud Est du Burundi dans les Provinces de Makamba, Rutana et Ruyigi), quand il y a des feux de brousse, pour l’éteindre et protéger les espaces non encore atteints, nous brûlions une partie non encore atteinte et orientions le feu allumé dans la direction du premier, les deux feux se rencontraient au milieu et c’était leur fin! C’est comme cela que nous faisons dans le Kumoso pendant la saison sèche. C’est bien comme ça qu’on maîtrise les feux de brousse de la saison sèche; on allume un autre feu et on l’oriente vers la rencontre avec le premier et leur rencontre est synonyme de la maîtrise du feu. On n’éteint pas les feux de brousse avec les feuilles de bananes sèches, ni avec des feuilles des arbres! NON! Si tu amènes des feuilles d’arbres, elles se consument sous tes yeux et il y a même le risque que tu y laisses la vie. Quand tu vois un feu de brousse te surprendre, tu te donnes une distance, tu allumes un second feu, tu l’oriente en direction du premier et ils se rencontrent au milieu. C’est ça.

C’est pourquoi nous rendons souvent visite aux populations. Les populations de l’intérieur du pays sont éveillées. C’est pourquoi elles disent que toute personne qui n’est pas de leur localité doit partir. Nous ne pouvons pas accepter d’être servi un menu dont nous ne savons pas comment il a été préparé, nous ne mangeons pas une nourriture dont nous ignorons le mode de préparation. Mais vous, à cause de la culture et de la mentalité de la ville, vous acceptez tout! Cela pose alors problème.

Vous-a-t-on dit que seuls les militaires ou les policiers font ce qu’on leur demande? On use encore de la douceur! Mais vous savez tous qu’il n’y a pas de maison qui n’ait pas de Responsable, si du moins vous les avez déjà désignés. Les Chefs des Groupes de 10 ménages ont 10 ménages sous leur responsabilité; transmettez-les le message. C’est tout! Et rien n’est difficile dans tout cela.

Les citoyens ne sont pas dupes, même à Mugongomanga, les citoyens ont vu des gens portant des tenus militaires mais impropres et ils leur ont dit : « apparemment vous n’êtes pas bien habillés, mais si vous êtes des militaires de l’armée burundaise, venez, et nous allons saluer ces policiers ; comme ça vous faites une prise de contact ». Les intrus ont hésité et ont voulu refuser mais la population a insisté. Les citoyens leur ont reproché de marcher comme s’ils n’avaient pas de commandement et ils les ont arrêtés. Et vous les citadins, vous laissez faire pour qu’on lance des grenades aux policiers de derrière pour que vous applaudissiez en retour si un policier est blessé ou tué.

Pensez-vous que le gouvernement acceptera que ses policiers continuent à être tués alors qu’il pouvait leur autoriser de passer à l’action lors des patrouilles! A un moment il dira NON et l’ordre sera donner de terminer la tâche ….! Certains vont jusqu’à penser que les policiers n’ont pas de cartouches dans les chargeurs de leurs fusils ou qu’ils ont seulement des gaz. C’est fini le moment d’utiliser les gaz lacrymogènes. Les gaz lacrymogènes ne sont plus à utiliser maintenant, on utilise les gaz lacrymogènes dans les situations douces quand on veut supplier la population et ne pas être dure envers elle.

Quand on donne l’ordre de passer à l’action, les gaz lacrymogènes ne sont plus un outil. Quand on se rend compte qu’il y a nécessité d’opérer dans un lieu donné et qu’une décision est prise pour passer à l’action, on ne prend pas le gaz lacrymogène avec soi. Le gaz lacrymogène est utilisé quand les citoyens courent seulement dans la rue pour les empêcher de ……mais quand on dit qu’il y a une mission véritable à réaliser quelque part, on passe à l’action et on fait ledit travail.

On commence par identifier le lieu d’exécution de la mission. On n’ira pas travailler là où il n’y pas de volume de travail suffisant; on va là où il y a du travail et je sais qu’en pareil cas, tout marche bien et avec succès.

Ensuite, à celui qui a proposé que l’on fasse comme à Kamenge et Kinama, je crois que cela n’est pas nécessaire. Vaut-il la peine de dire aux résidents de sortir de ces quartiers? Quel serait finalement votre rôle? Doit-on utiliser des sifflets? N’êtes-vous pas les Chefs de ces Quartiers? Ce n’est pas nécessaire de faire sortir tout le monde du Quartier. Vous ne dirigez pas les objets, vous dirigez des personnes et aucune personne ne doit vivre dans la ville sans être identifiée/identifiable, étant donné qu’il existe des structures de l’administration jusqu’à la base avec les Chefs des Groupes de 10 ménages. Vous ne devriez même pas attendre qu’il y ait une opération, vous devriez, de votre propre initiative, dire : « en ce lieu il existe 1,2,3,4,5 éléments qui ne sont pas en ordre » et vous vous enverrez un message par téléphone pour aviser ceux qui sont à épargner et vous appelez la police pour qu’elle passe à l’action et vous y retournez par après. Ne vous-ai-je pas dit qu’il y a même moyen d’être récompensé par des parcelles? Hein…ce n’est pas un jeu…moi je suis comme ça… ne me regardez pas! Je suis habitué à la guerre, des fois on nous pulvérisait sérieusement.

Quelqu’un a dit qu’il se pourrait qu’il y ait une guérilla. Sais-tu que nous avons combattu pendant 10 ans sans être capable de conquérir même une seule commune? Quand nous étions au maquis au CNDD-FDD! Dix ans de combat sans arrêt tous les jours, du matin au soir, mais nous n’avons conquis même une seule commune. Et toi, fais le raisonnement logique. A ton avis, nous avons perdu combien de combattants? Cinquante mille (50.000) de combattants sont morts. S’ils veulent commencer, peut-être qu’ils auraient besoin d’au moins deux-cent mille hommes (200.000), parce que la population n’accepte pas qu’on aille dans leurs champs, si tu es attrapé, tu es fini. De notre temps, c’était la population qui nous soutenait et qui nous approvisionnait en vivres. Qui les nourrirait aujourd’hui? Actuellement, tout le monde scrute le moindre repas (ndlr les gens n’ont plus suffisamment à manger), s’ils voient quelqu’un dans leurs champs, ils courent derrière toi pour t’attraper avec des lances, des chiens de chasse, etc. Ils seraient alors coincés. Pour t’en rendre compte, monte à l’intérieur du pays, et tu verras comment ils les coincent.

Le problème que vous avez, vous restez en ville, il faudrait que vous bougiez un peu. Les citoyens de l’intérieur du pays arrêtent les hommes armés et leur retirent leurs fusils sans se faire du souci. Si tu as un fusil, ils te disent, tire toutes tes cartouches et tu seras obligé de déposer ton arme. Ne prenez pas cela à la légère, pendant dix ans de combat, nous n’avons conquis ni une commune, ni une zone, ni même une colline. Dites-moi une colline que nous aurions conquise pendant la guerre!

Si c’est une lutte politique, tu t’exprimes! Qu’est-ce qui manque maintenant? Vous n’allez pas négocier pour amener un pouvoir de coup d’État ni une Dynastie, étant donné que personne ne naît avec des semences du pouvoir dans sa main. Existe-t-il une personne qui reçoit des semences en étant encore dans le sein maternel, à part les élections?

Il arrive des moments où on s’interroge sur ce que les gens veulent/peuvent revendiquer. S’il y a la pauvreté, il faut travailler et non s’asseoir, tout le monde doit prendre la houe et cultiver la terre ou faire autre chose. Si vous vous attendez à que les choses tombent du ciel, vous n’en aurez jamais, jamais.

Alors pour la personne qui disait qu’il pourrait y avoir une création d’une guérilla ou une rébellion. Pour la créer, il faut au moins préparer deux cent mille hommes (200.000). Dans notre mouvement, nous avons perdu cinquante mille (50.000) combattants dont nous n’avons même pas encore terminé l’identification. Des fois, on demande, « où est tel? » Et la réponse devient, « oh, il est mort sur le champ de bataille ». Cinquante mille! Si tu veux commencer, il te faudrait au moins deux-cent mille hommes(200.000) pour commencer avec un capital humain consistant. A défaut d’avoir un capital humain consistant, ils seraient écrasés comme le maïs dans un moulin. Voilà! Il y a beaucoup d’astuces et les gens aiment jouer avec le feu….Quand on induit les gens en erreur en leur disant « va à Bujumbura à pied, tu y arriveras sans qu’on tire sur toi ».

A Cibitoke, comment pourrais-je y aller à pied alors qu’il y a des pierres dures et très aigües dans les marais (amabuye y’amasare en Kirundi). Si vous êtes au bas de la montagne ou dans le marais et qu’on détache ce genre de pierre du sommet de la montagne, si elle vous trouve là où vous êtes, elle vous écrase. Même si on ne tirait pas sur eux, de la forêt de la Kibira à Bujumbura, au moins mille cinq cent (1.500) y laisseraient la vie à cause des pierres que la population leur lancerait, c’est un endroit difficile. Peux-tu engager une guérilla sans que la population te soutienne? Qui leur approvisionnerait en nourriture? J’avais un cousin qui est mort au maquis, il a mangé un poulet empoisonné et le coq « chantait » à l’intérieur de son ventre jusqu’à ce qu’il meure; il s’appelait Alexis…Si la population n’est pas derrière toi, tu ne fais même pas un pas! Alexis mon cousin, le Commissaire Municipal le connaissait, lui et son équipe ont mangé un poulet envouté et ce coq continuait à chanter dans leurs ventres jusqu’à ce qu’ils meurent… (l’audience rigole…); le Commissaire le connaissait.

Vous comprenez alors que ceux qui pensent que c’est simple à bricoler en une journée…Quand on parle de la sécurité dans le pays,  je leur ai dit que pour les quelques dix Généraux ou une dizaine ou même huit qui sont partis, quand tu ôtes la tenue de Général et que tu traverses la frontière, tu deviens plus civil que tous les civils qui existent. Penses-tu que pourras aller monter des choses pour retourner perturber un pays bien ordonné? Kagame a chassé le Chef d’État-Major jusqu’au soldat 2ème Classe, toute une armée bien entraînée avec des avions de combats et des Blindés et cela vient de faire plus de 20 ans qu’ils ne sont pas parvenus à retourner. Et toi, tu te crois Général et tu prends des avions à destination de Nairobi et tu penses revenir monter des plans ! Tous les avions, les Blindés (ndlr que Kagame a chassés) sont partis mais ne sont pas encore parvenus à retourner (ndlr au Rwanda). Aujourd’hui, les carcasses d’avions restant avec une seule aile rouillée et des pneus troués sont abandonnés en République Démocratique du Congo. Des gens qui se leurrent « Tel est à l’étranger », « tel Général plaidera pour moi »…si tu traverses la frontière sans ordre de mission, c’est terminé.  Je l’ai dit même aux Rwandais, dernièrement nous nous sommes rencontrés, je leur ai dit « si vous bricolez, certains étant chez vous, d’autres je ne sais où, croyez-vous que 10 personnes reviendront au Burundi et parviendront à perturber la paix et la sécurité alors que toute l’armée de Habyalimana a fui devant vous et que cela fait 20 ans qu’ils ne sont pas de retour? » Cette armée (de Habyalimana) est partie avec tous les avions, tout le trésor de la Banque Nationale du Rwanda (..il rigole…).  Une personne bricole et convainc des gens qu’ils vont faire quelque chose! Mon œil! Si le passé n’a pas suffi pour te montrer comment la révolution prend place/se fait, tu peux te retrouver dépassé, avec un raisonnement d’il y a 70 ans, 80 ans et tu continues à croire que les choses resteront comme ça.

J’ai demandé aux Américains, au Représentant du Président Obama au cours d’un échange, je lui ai posé la question suivante : « est-ce possible de faire une Coup d’État aux États-Unis d’Amérique, y a-t-il des Coups d’État en Amérique ou en France? Dès que tu as dit au citoyen que c’est lui qui va élire (ndlr son dirigeant) quand bien même il marcherait pied nu, et que sa voix équivaut à celle d’un Général ou à celle du Président de la République quand ils exercent leur droit de vote, tu ne peux plus l’en ravir.

Hopeforburundi

Stop Violence In Burundi Warns East African Community

19 Mag

The East African Heads of State met for an Extraordinaire meeting held in Dar es-Salaam, Tanzania warned their counterpart embattled Burundi’s President Jean Pierre Nkurunzinza that they shall not condone any further violence. They also gave a stern warning that as Head of States they shall not condone any more violence if it continues to escalate. They said they were monitoring Burundi closely and would reconvene soon to review the situation in the country. The East African head of states said this during the recent Extraordinaire Summit held in
Dar es-Salaam and condemned the coup that had been spear headed by former sacked intelligence Chief Godefroid Niyombare, who is still at large.  Kenya’s President Uhuru Kenyatta also echoed the sentiments of his East African counterparts; asking Nkurunziza for the postponement of the elections scheduled on 26th June, 2015 saying “But the elections have to be held within the constitutional mandate of the current government”.

President Kenyatta who was attending the Pan African Parliament in South Africa urged all parties in Burundi to give dialogue a chance, urging “We call for all parties to refrain from violence to allow us enhance dialogue between all parties with the hope of reaching a consensus that is acceptable” Burundi is currently going through turbulence following the President Nkurinziza’s bid to vie for a 3rd term which is against the Agreement signed in Arusha allowing him two terms.

In Arusha an emergency meeting of Ministers of East Africa Community affairs on Burundi met following the Heads of state meeting in Ethiopia. The Ministers agreed that The EAC Eminent Persons and COMESA Committee of Elders to visit Bujumbura to continue with consultations with all actors and report to the Summit. Separately the Chairperson of the Council of Ministers and the Secretary General will urgently visit Burundi to assess the situation on the ground while the Ministers responsible for EAC Affairs to visit the refugee camps hosting refugees from Burundi both in Rwanda and Tanzania to assess the humanitarian situation in the camps.  So far more than 100,000 refugees have fled to Rwanda, Democratic Republic of Congo and Tanzania fearing Pro- Nkurinziza’s youth militias known as Imbonerakure, who many say they have been running a campaign of violence and intimidation in the countryside. Many fled with the few possessions they could carry. Tanzanian health authorities confirmed cases of cholera in one camp housing Burundians in its remote northwest, on the shores of Lake Tanganyika.

The United Nations refugee agency said seven people had died and 300 were suffering from acute diarrhea, suggesting the death toll from the ranks of desperate refugees might rise. Since the return of Nkurunziza in Bujumbura, after the surviving five days attempted coup by generals opposed to his 3rd term has seen the sacking of his defense and foreign ministers. The presidential mandate of Nkurunziza is expected to come to an end by August this year.

by Winnie Kamau
Freelance Data Journalist
Media Relations Consultant
@WinnieKamau254

 

Fairphone. Telefonino etico o inganno pubblicitario?

27 Mar
La ditta olandese Fairphone ha lanciato il telefonino etico, fatto con il coltan libero dalle zone di conflitto. Dopo il caffe’ etico solidale e i prodotti biologici spunta anche nell’elettronica la fetta del mercato “alternativo”.

La campagna pubblicitaria lanciata dal 2014 sembra non avere avuto grande originalità di idee. Le foto sono quelle classiche da ONG: giovani con le magliette Fairphone, tutti belli e puliti, fotografati assieme a bambini negri sporchi, malvestiti e africani adulti semi pezzenti. Questo nel settore è denifito “Poverty Marketing”, un ramo della pubblicità che sfrutta la povertà del Terzo Mondo per vendere un prodotto.

f2

La Fairphone afferma di comprare coltan in miniere di nove paesi produttori diversi, ma nel suo sito si accenna solo alla Repubblica Democratica del Congo, senza dare indicazioni di dove sono ubicate queste miniere e chi detiene la proprietà.

In Congo il coltan è presente solo all’est: Nord Kivu, Sud Kivu, Maniema. E’ monopolio della famiglia Kabila, Generali dell’esercito e terroristi ruandesi delle FDLR. Uganda e Rwanda fungono il ruolo di ricettatori certificando il coltan estratto in Congo come prodotto nei rispettivi paesi africani. La missione di pace ONU – MONUSCO conosce nei dettagli il traffico, ma non interviene, limitandosi ad ignorarlo. Questo clima permette alle multinazionali Americane ed Europee di comprare il coltan congolese delle zone di conflitto raggirando la legge americana Franck-Dodd e la recente (quanto blanda) legge europea in materia di minerali provenienti da zone di conflitto.

f3

Fairphone afferma di comprare il coltan da cooperative minerarie in Congo e da piccoli artigiani, facendo molto attenzione a non spiegare al consumatore la realtà del monopolio mafioso all’est del Congo che controlla il 100% delle produzioni di coltan.

Un nome tanto per fare esempi concreti. Il mediatore unico del coltan per l’est del Congo risiede ed opera a Goma, capoluogo della provincia del Nord Kivu. Non si conosce il suo nome solo il soprannome e la sua nazionalita’. Tutto lo chiamano Barman. Trattasi di un ex pilota militare Iraniano giunto in Congo nel 1996 per intraprendere il business. A conoscerlo sembra una persona affabile, generosa, amante della bella vita e delle belle donne, anche se esagera un po troppo con l’extasy. In realtà è uno spietato criminale che ha la fama di regolare i conti con chiunque osi non passare attraverso il suo canale per la vendita del coltan che sia questo africano o bianco.

Ne’ tanto meno la Fairphone spiega che spesso questi produttori indipendenti estraggono piccole quantità di coltan da miniere clandestine ed illegali, non riconosciute dallo Stato, pagando una tassa ai vari gruppi guerriglieri che infestano il Sud Kivu. Chi osa non pagare il pizzo viene abbattuto come monito ad altri intraprendenti liberi professionisti.

Nel suo sito la Fairphone si preoccupa solo di dare l’impressione di essere una ditta etica e pulita senza troppe spiegazioni. A supportare questa pubblicità una serie di testimonial di varie nazionalità. Si afferma una vendita di 60.000 modelli. Il target e’ il cliente “alternativo di sinistra” e il mondo delle associazioni e ONG.

f4

Per supportare la sua immagine etica, Fairphone organizza anche visite guidate nelle miniere del Congo, senza spiegare come farebbe ad assicurare la sicurezza dei turisti nelle zone infestate da guerre e bande armate genocidarie. Sul suo sito pubblica anche testimonial di queste visite guidate. Tutti le testimonianze peró non specificano i luoghi di queste miniere. Ci si attiene ad un vago accenno: “miniere al confine tra Rwanda e Congo” “miniere del Nord Kivu”. Maggiori informazioni riguardano le miniere in Rwanda “una vicina a Kigali” (la capitale) e una vicina a Muzanze. Della prima non ho nessuna informazione. Della seconda sì. Trattasi di una miniera di coltan di scarso giacimento utilizzata dal governo ruandese per far passare come produzione locale il coltan che proviene dal Congo. Un segreto di pulcinella sempre negato dal governo ruandese.

Questa serie di incongruenze e informazioni entusiastiche, ma vaghe, di per sè non sono sufficenti per trarre conclusioni.

I rabbiosi attacchi e opera di diffamazione orchestrata alle mie spalle da congolesi e da alcuni rwandesi di cui mi hanno avvertito vari miei lettori dandomi prove concrete, ha fatto scattare il fiuto del giornalista, facendomi comprendere che vale la pena aprire un’inchiesta direttamente sul terreno.

Sono pazzo a rendere noto il mio intento? Non preoccupatevi ho i miei canali collaudati da un decennio. Il rischio è minimo se si precisano date e luoghi solo a missione conclusa. Prima della pubblicazione dell’inchiesta darò l’opportunita’ alla ditta olandese di confutarla o di dare eventuali spiegazioni.

Se risulterà che le affermazioni di Fairphone corrispondono al vero compreró subito un loro modello gettando nel pattume il mio Nokya X.

 

Fulvio Beltrami
Kampala, Uganda
@Fulviobeltrami

Burundi. President Nukurunziza declare total war.

16 Feb

Despite the Burundian people and international protests Presidente Pierre Nkurunziza has announced that will be the CNDD-FDD candidate for the presidential election in June. The announcement is the response to the campaign by over 300 civil society groups earlier this month calling on Nkurunziza not to run for a third term to “prevent further violence.”

Burundian President has warned that any attempt of street protest will be creak down without mercy. The warn is concerning the opposition leaders too. “Whoever calls on people to take to the streets will be considered enemy of the Nationa and will be treated as such” Nkurunziza said.
Heavy presence of Police and Genocide movement Imbonerakure has been registered in Bujumbura and in the major cities of the country. A mutual collaboration agreement has been signed with Rwandan terrorist movement FDLR actually under Presidential protection in Burundi. In case of need FDLR militias will protect President Nkurunziza from any attempts to his legitimacy.

Imbonerakure and FDLR militias have stated a campaign of extra judiciary execution of political opposition leaders and several Tutsi family in the countryside. Several regional and international observers concord that Burundi is near to the civil war.
Rwandan military forces stationed on Burundian borders have been reinforced in order to prevent FDLR invasion. Rwandan Army is under stress because it must control all the borders with Burundi, Congo and Tanzania. Rwandan Army High Command is discussing if lunch an offensive in Burundi against Nkurunziza regime or to wait the events. In the first case Kamame has need of Presidents Kenyatta and Museveny consensus because of Rwanda is linked to a military pact of common defense with Kenya and Uganda.

To complicate the situation arrive MONUSCO decision to don’t support the FARDC military offensive against FDLR in act on east DRC. It’s not clear if this decision will authorize or not a MONUSCO unilateral military offensive against FDLR done by the African Brigade of Intervention compose by Malawians, Tanzanians and South Africans soldiers.
In the case that MONUSCO will opt fot a military passivity part of FDLR contingent refugees in Burundi can came back in East DRC because of the military offensive decided by Kinshasa Government is a real farce. No combat engagements with FDLR have been registered till now.

The partial reposition in East of DRC of FDLR militians actually in Burundi can open a scenario of a possible invasion of Rwanda on four fronts: North Kivu and South Kivu (DRC), north-east of Burundi and south of Tanzania.

 

Fulvio Beltrami to African Voices
Kampala, Uganda
@FulvioBeltrami