Tag Archives: Djibouti

2017: African Voices Goals

31 Dic

African Voices reached the sixth year of life and I am happy with the development, and successful although slow, which has had and is continuing to get See this page is followed by every corner of the world and from many Africans, makes me proud.
I never wanted to invest on the development of the page, but I think that in 2017 will be an expense that I will face, for what are my ideas for sharing the news.

Well, at least six months that I’m getting ready, knowing, getting relationships to give more information on the active black people, not only in Africa but around the world, searching for old African communities living in the world and the diaspora, also passing through the human rights and the oppression of peoples and minorities.

So, much more work waiting me and the staff that are working directly without receiving anything in exchange, people and activists as Huno Djibouti, Djibouti and the Horn of Africa; Henry Mworia for Kenya; Adrian Arena for Afro Mexicans, Fulvio Beltrami for Burundi and the Great Lakes area and Cornelia Toelgyes for sub-Saharan Africa and human rights, has always been friendly and administrator of the group for the  Per la Liberazione dei Prigionieri del Sinai. But also many others that revolve around African Voices that are a source of inspiration on the most difficult areas of Africa.

A main goal of African Voices for 2017 is to help small and medium NGO in Africa, those who can not enjoy the support of European governments or the EU, but with great sacrifice on the field and thanks to the good will of volunteers, seek funds and charities increasingly rare and hard to find.

To get this goal, I started a few months working with a multinational leader in the Cashback system called Lyoness and is present in 48 countries worldwide with its seat in Austria, Graz.
Lyoness is an interesting formula and useful to all those who shop in the hundreds of thousands of companies of all kinds, affiliates. The user who uses this shopping system, earn an average percentage directly and immediately its current account and African Voices, in this case, cashes 0.5% for each of your spending. Percentage that, African Voices, donates to non-profit organization without asking for donations that can often become heavy for the user that instead, doing shopping, gains and carries a minimum cash of 0.5% to African Voices that devolve to non-profit organization in Africa.I find this a nice system, useful, brilliant, that will satisfy everyone. If you are interested in attending, you can write to African Voices admin email africanvoiceseditor@gmail.com

Another goal we set ourselves is to find jobs for Africans in Africa who need to work, and on this, I need your help.

I will not take the place of job search enterprises, they do a different job from what we can do ourselves to African Voices.

We can turn to small companies, private individuals seeking workers in all sectors, seriously. Receiving requests on africanvoiceseditor@gmail.com with the subject: Work, indicating the country and the state, we can publish, and in this way, help the recruitment since many are the people who are following African Voices especially through Facebook, but the our publications are also seen on other social as Twitter, Linkedin, Tumblr, through our blog, followed by tens of thousands of readers, and will activate, in 2017, our YouTube channel with the weekly press and the section dedicated to the job search.

That’s all, African voices in the world, sure to make a beautiful journey together in 2017.

Good luck to all of you and Happy New Year.

Marco Pugliese
Admin, African Voices.

Annunci

Africa’s new Frontier in Agriculture and Innovation

11 Gen

I once exported some avocados to France and they found themselves in Brazzaville. I was shocked when I asked, they had come from France where I had exported” This is a story that is not unique to Dr. Theo de Jager a medium scale farmer and President of PanAfrican Farmers Association (PAFO) based in South Africa it is a narrative that is identified by many farmers who export produce in Africa. Dr. Theo was speaking at the Global Forum of Agriculture and Innovation (GFIA) the first ever held on the African soil in Durban, South Africa.

winnie 2Many farmers find themselves in the same predicament, wanting to supply their produce to fellow African nations but due to lack of infrastructure and what Dr. Theo calls Obstacles they are not able to do so due to “Obstacles that need to get out of the way”.

Africa has the potential was the key message at the GFIA Africa. Africa is the new frontier of agriculture it has the potential to feed itself and the world if it were to unblock regional trade barriers this is according to a World Bank report of 2012. Unfortunately the barriers Africa facing the continent are many almost insurmountable from war to famine, floods to corruption the list is endless.

Michael Hailu the Executive Director of Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation ACP-EU (CTA) noted Innovations are big in Africa adding “Africa has the potential for everyone to be successful

According to the data gathered by Maps of the world showing the arable countries in Africa notes that Mauritius has maximum and Djibouti has the minimum percentage of arable land in Africa. Interesting to note that most of the African countries have below 20% of arable land.

Africa has the potential to feed the world yet the conflicts bedeviling it makes it a near tragedy to say the least on how we should conduct ourselves. Interesting enough was one of the keynote speakers Former Prime Minister of Somalia Abdullahi Farmajo. He noted a country like Somalia which he once led has the potential but Somalia has been without a functioning government for over two decades “Warring has affected farming farmers. Conflict in Somalia has been complicated due to clanism”.

winnie1Rwanda for example is a country that has emerged from conflict and has leaped in strides to reclaim and rebuild itself. The Minister of Agriculture in Rwanda Tony Nsanganira pointed out that the country’s flagship project  and crop intensification began in 2007. If all countries in Africa who have arable land would intensify in such projects I would bet you with my small belongings including my valuable pen and notebook we would never receive food aid from any developed country instead we would give them aid. But this is a mirage that will happen maybe in 30th century.

Director General of South Africa’s Department of Agriculture Bongiwe Njobe pointed out “Soil to stomach approach Government needs to create infrastructure” Though the farmer may face challenges of funding “Capital is shy as a deer, you scare it it runs

Bongiwe adding that “Government needs to drive consumer education on food security to get people to talk on nutrition

Daniel Gad owner of multimillion Omega farms in Ethiopia noting that there’s a big gap in developing capacity of the youth “There’s need to promote agribusiness and there’s need to invest in government process” Gad added.

It’s time for farmers to invest but even as we put our hope on this great continent of Africa wise words from Dr. Theo need to be engraved in the minds of all prospecting investors “There’s no such land without people, you need to marry this people in order to succeed it is their culture and  identity

By Winnie Kamau
Data Journalist,
Media Relations Consultant.
@WinnieKamau254

 

Djibouti, la grande solitude des citoyens.

4 Ago

Un jour quelqu’un m’avait dis une expression qui m’a marqué ma chair et mon âme à jamais, c’est la suivante, elle mérite qu’on l’a médite tous tant que nous sommes « dans ce pays nous sommes en permanence, dans une totale incertitude existentielle » cette expression n’a jamais été aussi véridique, aussi pertinente qu’aujourd’hui. Tout peut vous arriver, et vous ne pouvez rien faire. Observez vous-même la situation du citoyen djiboutien dans le quotidien:

1. Un citoyen veut réclamer un droit à l’administration, il doit faire un véritable parcours de combattant, cité ministérielle fermé et gardé comme une véritable caserne militaire, les policier au lieu de s’occuper des délinquant empêchent les citoyens de réclamer leur droit, c’est vrai pour toutes les administrations. Et une fois que tu es à l’intérieur de la cité ce n’est pas mieux, tu es à la merci de celui qui est dans le bureau, il peut vous servir comme il peut refuser de vous servir, vous ne pouvez rien faire.

2. Les sociétés de gardiennage n’ont jamais été aussi prospères et aussi nombreuses. Pourquoi, avant lorsqu’ils n’existaient il n’y avait pas plus d’insécurité, pourquoi cette folie du gardiennage, le peuple djiboutien est un peuple pacifique et généreux ?

3. Un citoyen est victime d’une injustice, il n’a aucun recours, sinon mendier et faire appel à ses cousins, à sa tribu, à son clan. le palais de justice est un véritable bunkers gardé par des gendarmes et de vigiles comme une forteresse.

4. Un citoyen est arrêté par la police, il peut être gardé pendant trois voir une semaine dans un commissariat de police, alors que la loi ne permet pas qu’on garde un citoyen plus de 48h. aucun recours contre ce traitement aussi.

5. Un citoyen est maltraité par les forces de l’ordre, ses biens confisqués, aucun recours là aussi. Ou peut-on se plaindre ? quelle est l’institution qui peut nous aider ?
Pire encore, ce qui est vrai pour les citoyens est vrai aussi pour les institutions, l’éducation nationale est malmené par un ministre qui l’instrumentalise, qui pille les déniés publics, qui instrumentalise le personnel, qui maltraite le personnel. Aucun recours pour les institutions aussi.

Normalement c’est l’assemblée national qui représente le peuple, qui devait protéger les institutions, or savez-vous que l’assemblée nationale est composé d’au moins un tiers de personnes analphabètes, le deux tiers restant n’est pas moins lotis, ils savent à peine lire et écrire.

Alors, est-il possible et imaginable que des gens de ce niveau puissent défendre les intérêts du peuple et des institutions ? Ces honnêtes représentants du peuple analphabètes, sont incapable de lire les projets de loi, alors comment peuvent-ils défendre les intérêts des institutions, on leur présente un projet de loi et comme ils ne peuvent pas lire, ils votent et ça passe, c’est quelque chose qui est contraire aux règles les plus élémentaires de la démocratie.

Autre problème la loi stipule que pour être député, il faut impérativement savoir lire et écrire, qu’a-t-on fait de cette loi, qu’est ce qu’elle devenue? Dans ce cas qui doit défendre les institutions et les citoyens ?
Ou est la faute chers citoyens ?

Les citoyens comme les institutions sont devenus dans ce pays des orphelins, des parias, des moins que rien, nous pensons que ce n’est pas normal et que les choses doivent changer.

Écrit de
L’œil du conscient

Djibouti ou les autres facettes de l’illusion du Bonheur. PARTIE II

21 Lug

Bonjour, je vous retrouve pour la suite de ma chronique. Si, je vous aie conté les grandes lignes de la politique Djiboutienne de 1977 a 1999. Date d’arrivée au pouvoir du président Ismael Omar Guelleh et du départ pour cause d’âge avancé, du président Hassan Gouled a 89ans…

Nous allons entamer ensemble, la longue traversée du désert, qu’ont connus et continuent à connaitre les Djiboutiens avec le régime autoritaire du président Guelleh. Effectivement, arrivé au pouvoir en 1999.

Le peuple Djiboutien à peine sortis d’une crise financière et d’une guerre civile, en ce courant des années 90… Va se prendre de plein fouet, la politique opportuniste de leur nouveau leader. La vie courante loin de s’améliorée, pour une population d’à peine un million d’âmes.

Va aller de pire en pis, malgré un positionnement stratégique du pays sur la carte du monde (Djibouti étant la porte d’entrée de l’Afrique a l’Asie avec le détroit de Bab-el-Mandeb) Le port est privatisé a des Qataris, après des décennies de malversations et de corruption en tout genre, par le propre frère du président qui est toujours en fonction a l’heure actuelle.

Le niveau de vie déjà difficile de la population va encore chuter avec des prix toujours vus à la hausse, sans aucune considération de la réalité. C’est le cas du transport public, ainsi que les denrées de premiers nécessités, comme le pain.

Mais, le plus flagrant de ces dérivent, reste la stratégie de dependance, que ce régime a sut développer, en matière de fruits et légumes avec le grand voisin Ethiopien. Ainsi que, ce qui est le plus aberrant pour tout commun du mortel, pour un pays qui se veut avancer et ne cache pas ses ambitions d’être le Dubaï de la région.

L’importation de la plante verte appeler plus communément « Khat » et qui a des effets stimulant et euphorisant sur l’organise, en d’autres terme de la drogue rendu légale par le gouvernement, pour un meilleur contrôle des masses.

Khat-stalls

La vie est réglée comme du papier a musique sur tout l’étendu du territoire national, le khat arrive a 13h heure locale. Et presque la grande majorité de la population adulte sans compter les jeunes pas encore majeurs, rendus accro à cette plante s’agglutinent sur les étables des vendeuses de la fameuse plante verte.

Contrôlé, par le puissant syndicat de khat « SOGIK », avec qui les autorités travaillent main dans la main et perçoivent même des taxes sur la vente du khat… Et c’est ainsi que le pays se transforme en immense dalle de « shooting légal ».

Pour tous ces djiboutiens abrutis par le manque de perspectives et le chômage pandémique, pour ces quelques heures d’évasions, d’une réalité bien dure. Tout cela, sous le regard bienveillant des autorités qui ne sont jamais posées la question (Et on devine aisement, pourquoi).

De l’impact de cette drogue sur la population ou même jamais envisager son interdiction pur et simple! La realitee, c’est que des hommes sont entrain de se faire de l’argent sur la misère et le désarroi total des citoyens à Djibouti.

Les ministères et les agences gouvernementaux, comme je vous l’ai dit dans mon précédent article. Sont entre les mains des plus proches parents du chef de l’Etat, si ce n’est un entourage favorable au régime et le mot d’ordre pour tout ce beau monde, et la dilapidation des biens de l’état.

Aucune excès ne c’est refuser, des grosses 4*4 japonaises aux voyages en Europe et en Amérique du Nord au frais du contribuable, ainsi que les grandes villas chics et sous bonne garde, où ils se sont tous regroupés. Comme si, ils voulaient occulter tout lien avec la réalité du pays et de sa population…

Pendant ce temps, l’EDD qui est nulle autre que l’agence Djiboutienne de l’électricité, fait vivre un véritable calvaire au petit peuple et cela depuis tenez-vous bien, une vingtaine d’années, déjà ….

Et le comble dans tous cela, c’est que son responsable et directeur Monsieur Djama Ali Guelleh qui est nul le autre que le propre cousin du président n’a jamais été inquiéter d’aucune façon … Au contraire il continu de mener grand train …

Je ne cesserai jamais de prendre a parti les pays occidentaux, qui ont implantés les bases militaires et qui fournissent aide logistique et matériels militaire a ce gouvernement. Juste pour maintenir leurs intérêts géopolitique sur la région, je pense notamment a l’Italie qui a fait don de véhicules militaire et de missiles, pour un pays qui a déjà du mal a donner un avenir décent a son propre peuple…

Écrit de
L’œil du conscient

Djibouti ou les autres facettes de l’illusion du bonheur

19 Lug

La republique de Djibouti,est un petit pays enclave entre l’erythree au Nord et l’Ethiopie et la Somalie au Sud.

Ancienne colonie francaise,pendant un siecle et des poussieres … Elle acquiert son independance le 27 juin 1977.Trente-huit ans,que ce petit pays vole de ses ailes fragiles…

gibuti

 

Rassemblant une populations multi-ethniques et culturelles, composee, d’Afar de Somalie (majoritairement compose du la tribu Issa) et enfin d’une communautee arabes de deux deuxieme ou de troisieme generation ..

Djibouti est communement appeler, la ‘’Terre de rencontres” et d’echanges, du temps ou ces contees, etaient vierge de tous vie humaines. Et ou la reine de Saba fessait le commerce de peaux de leopard de plumes d’autruces en echanges d’encens e,  avec les quelques peuplades installer dans le Nord…

C’est avec la decision des francais qui avaient debarquer sur ces terres au milieu du 19eme siecle,par la ville-etat d’Obock dans le Nord, en force colonisatrice et surtout pas souci d’accessibilite sur les chemins commerciaux en ces temps troubles du fin du 19eme siecle. Qu’on fonda sur des terres un peu plus vers le Sud dans sur un sol relativement maricageux et mais qu’il avait le merite de pouvoir construire a cette endroit,  un port en eaux profond.

C’est ainsi que les differents populations composee de Issas (un Clan de la grande tribu des Somlie) vers su Sud, des Afars venu du Nord des terres et des travailleurs yemenites vinrent s’installer en cette futur place que serait la capitale qui est du meme nom que le pays.

Avec et apres ces petits detaillent historiques,ce pays acceda a son independance de la joug coloniale francaise, et non moins apres d’apres combats mener, par le Front de Liberation de la Cote des Somalies ou le FLCS.Cette organisation politique et militaire a été fondee par le heros nationale Djiboutien Monsieur Mahamoud Harbi et soutenu par le garnd frere Somalien.

De part la culture et la langue partagee, et c’est finalement en ce jour du 27 juin 1977 que la republique de Djibouti hissa son propre drapeau national, symbole d’unite ,d’egalie et de fraternite, pour tous ces futurs citoyens…

Mais,tout ne se passa pas comme dans un bon film a la fin heureuse, malheureusement…

Hassan Gloued, premier president de Djibouti, malgre son passe de resistant politique du colonialise. Instaure, des son accession au pouvoir, un système politique domine par un parti unique en declarant, son propre parti le Rassemblement Populaire pour le Proges ou le (RPP), seul parti legal.
Il commenca a pratiquer une politique purement « Tribale », au detriments des autres communautees vivant sur le territoire. Au faveur de son clan les « Mamassan ». Une politique qui vise en particuliers a exclure les Afar du clivage politique.

Avec des partiques de tortures,par les forces de l’ordre envers tous ceux qui sont contre les abus du système en place. Apres le debut de la guerre civile en 1991, opposant un mouvement de rebelllion  Afars pour la majoritee mais pas seulement… Contre l’armee rester fidele au gouvernement centrale.
Le president Gouled, autorise la tenue d’elections enre-quimets libres en 1992. Seuls quatres partis,sont autorises a participer. Le FRUD par contre y est exclu… Le RPP Obtient 72% des votes et Hassan Gouled est reelu pour un quatrieme mandat en 1993.

Enfin il quitte son poste en 1999, a l’age officiel de 83 ans,apres plus de 22 ans au pouvoir. Son neveu,chef de Cabinet Ismael Omar Guelleh ou IOG lui succede, c’est surtout une passation de pouvoir, plus qu’autre chose…

Et c’est dans la digne lignee de son grand oncle, que IOG avec une main de fer la politique interieur. S’appuiant sur une police entierement devouer a sa personne et a son système dictatoriale. Il s’entoure de personnes de confiance et plus particulierement des gens de son propre clan.

C’est le cas pour l’armee et les autres ministeres sensibles, et tous cela sous le regard impassable de l’ex-puissance colonisatrice encore bien present de par ses base militaires et sa cooperation dans les financements de projets de develloppement diverses.

Ce pays se meurt de plus en plus chaque jour, de part son education baquelee,pour cause de manque de professeurs qualifies, la plutart ai y en fuient le pays. La generation de jeunes d’a partir des annees 2000 et la generation sacrifier sur l’autel du sans-foutisme educative.

Par une corruption latante a tous les echelons du pouvoir et des administrations public, (C’est le qui est tu et tu as combien tu as), qui prime. Par une misere voulu et maintenu sur la grande partie de la population djiboutienne et surtout pour les populations rurales. Avec une politique d’inssistanat permanent, et sans aucune vision d’avenir. Surtout dans le Nord qui sont traditionnellement les terres Afars.

Deux mondes, se font face a Djibouti, la classes des gens aises, favorable pour beaucoup par depit au pouvoir en place. Et l’autre partie et surtout la plus grande, ceux qui habitent encore en ce 21eme siecles, les bidonvilles heritage du colon francais. En tole ondulee fumant en été comme en saison fraiche sous les hautes temperatures de ce pays, Djib0uti etant declare, l’un des emdroits les plus chaud de la planete, avec une agence d’electricite, defaillant et des delestage presque quotidien,pour cause de mal-gerance et de corruption.

C’est sur cette duree de la vie des djiboutiens, responsable par une poignee d’hommes, decider a regnee seul et sans partage, complice d’une communaute internationale, que je vous donne rendez-vous, pour d’autre chroniques de « Djibouti ou les autres facettes de l’illusion du bonheur ».

 

Écrit de
La vision du Conscient
19/7/2015